AFTER : LEVER DE SOLEIL, INSOLATION ET HEALTHY

Dimanche 14 avril, 6h. C’est la bonne heure pour un after. Sur le skatepark DIY situé derrière le cinéma des trois palmes, à quelques mètres du health club, fitness park de la valentine il n’est pas question de courir sur un tapis roulant ou de soulever des poids. Alex Cendret  alias Bogoss Lacoste, Yung Soft via son collectif soirée à risque propose un after tout particulier, une matinée même, avec un concept “healthy”. Bar à jus, ambiance slow et méditation, DJ set progressif et lever de soleil. Une cinquantaine de personnes ont pu expérimenter le concept du petit matin jusqu’au milieu de l’après-midi.

Le phénomène “healthy” a débarqué en force dans notre quotidien depuis quelques années maintenant. Un mode de vie, une alimentation qui va dans le sens de notre corps et de ses besoins. Le principe est de ne manger que ce qui est bon pour le fonctionnement de notre corps. Alors, qu’en est-il de notre corps quand on part en after, après avoir dans certains cas vidé la moitié d’un bar sur le cours julien ou dans d’autres cas lorsqu’on fait office de pharmacie ambulante ? Il s’agit d’un mode de vie qui prône une recherche d’équilibre entre énergie positive et confiance en soi.

Peut-il se faire une place dans le milieu de la nuit et des fêtes tardives ? C’est le pari que prend Alex Cendret, fondateur du collectif soirée à risque et ce concept d’after proposant : “Un lineup pour une musique contemplative à souhait, histoire d’apprécier un lever de soleil pleinement avec tout ce que ça peut comporter de bienfaits : apaisement, déchargement, recueillement, pensées profondes, compréhension de sa place dans le monde, contentement…

C’est une expérience et on s’y risque. Alex Cendret est une figure de la nuit marseillaise depuis plus de 10 ans, et selon lui l’association entre musique ambiante et lever du soleil n’est pas assez exploitée dans la cité phocéenne. Comme le fait aussi d’annoncer clairement la ligne directrice “healthy” de la matinée, qui n’est en soit pas une obligation. C’est une proposition qui peut amener vers d’autres horizons : “je pense que ça peut être une manière d’aborder la fête plus naïvement, plus simplement, dans un état d’auto-responsabilisation dans le sens où tu apprends à utiliser ton corps comme base de ton extase, de ta sensation de récréation, puiser dans ton fort intérieur par le mouvement par exemple”.

Sur le skatepark DIY, les premiers arrivées s’adonnent volontier à quelques étirements face aux premiers rayons du soleil. Ce n’est pas un cours de yoga, mais bien le début d’une soirée. Il ne faut par contre pas se leurrer, il n’y a pas que des senseï de l’étirement ou des quatre accords toltèques à la soirée “risque insolation”, certaines pupilles déjà bien dilatées sont là pour le rappeler. Un des DJ prévu devait aussi assurer des massages durant la matinée, malheureusement le samedi soir a été plus fort.

C’est le jeu de l’after, retrouver des personnes qui continuent leur samedi soir commencé à fond de balle. Pour Alex Cendret “il faut faire son expérience personnelle” et trouver ce que l’on veut vraiment dans une soirée. Malgré la mise à disposition d’un bar à jus (smoothie kiwi-banane fait maison, maté et thé noir gingembre) rien n’empêche quelqu’un de venir avec sa petite bouteille de pastis dans la poche accompagnée d’un éventuel d’un joint ou d’une trace.

Le maître de la soirée a lui par contre une toute autre recette magique pour danser, se libérer, se lâcher jusqu’au bout de la nuit et voir plus. Voici le cocktail magique du mixologue “healthy”: “alors mes petites potions pour garder la frappe c’est :
– maté ou thé noir infusé dans de l’eau qui a cuit des morceaux de gingembre pendant 30 mn + jus de citron.
– même eau de gingembre avec 100 mg de poudre de fruit de baobab et poudre d’acérola pour une bouteille d’1L + jus de citron/pomme” et dans sa poche lui garde en permanence un gros bout de gingembre frais “sans peau” à grignoter dès que l’on sent une petite baisse de régime.

Sur le bitume bien chaud du skatepark, certaines personnes sont arrivées dès 6 heures, sans avoir été à une soirée avant ça, en ayant dormis juste avant. C’est le cas de Louise, pour elle c’est “une toute autre démarche d’utiliser ce temps très sacré de l’éveil dans l’optique de me réunir à d’autres pour apprécier du son.
Les énergies sont différentes. Que ce soit les gens frais qui ont dormis et ceux qui sont dans la suite de la fête , le soleil matinal est très magique, c’est inévitablement beau.” Elle a d’ailleurs immortalisé le moment avec un dessin à même le sol.

Elle n’est pas une adepte de la forte consommation d’alcool ou de drogue en soirée, elle se rendra d’ailleurs du 30 Mai au 2 juin au Dharma techno festival, qui est le premier micro festival à mêler méditation et rave. La soirée risque insolation l’a conforte dans cette idée : “Les âmes sont fraternelles et tout le monde a le droit de vivre ce moment à sa manière, hors des structures, mais loin d’être hors du temps. Contrairement à la nuit où la notion de temps s’oublie, comme une faille qui permet de porter une nouvelle identitée.
Prise de conscience de tendre vers une façon de voir la soirée comme un épanouissement de sa personne sans passer par le déversoir que peut entraîner des fortes prises d’alcool ou de drogue.

Il y a aussi cette envie de sortir des institutions du monde de la nuit aux propositions classiques. Ici, on retrouve une philosophie du faire sois-même et du partage. En témoigne les jus au bar préparés par Alex, ou bien le comme le desk pour les DJ fait à la va-vite par des participants de la soirée en récupérant des pare-chocs à l’abandon sur le parking.

Appréhender différemment la musique, expérience spirituelle, prise de conscience. Risque insolation a permis de poser la première pierre d’un tout nouveau concept “healthy” à Marseille. Prouver qu’il est possible de faire la fête “sainement”. Posé à son desk de DJ, Alex Cendret se confie : “Après une belle nuit de repos, on va se poser et penser à refaire une autre matinée de ce type”.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>