INTERVIEW: AGARIC

Rencontré lors d’une soirée Elektroblaster qui avait tenu toutes ses promesses et même plus dans un Cabaret Aléatoire surclassé au Funktion One et métamorphosé en antre duveteuse d’une techno démoniaque, Agaric avait joué le jeu des questions avec nous. 

 

LNM : Pourrais-tu te présenter en quelques mots pour toutes les personnes qui ne te connaissent pas ?

Agaric : Je suis un musicien suédois qui a commencé à s’intéresser à la hard techno dans les années 90/2000. J’ai vraiment commencé il y a 12 ans, quand j’avais 19 ans, avant je jouais dans un groupe de musique psychédélique. J’ai créé le label We Are en 2005 qui est très orienté techno. Et sinon j’ai déménagé en Allemagne il y a 5 ans.

LNM : Justement, tu es décrit partout comme un vétéran de la techno alors que tu ne ressembles pas du tout à l’idée que je me fais d’un vétéran.

: En fait j’ai longtemps eu l’impression d’être toujours plus jeune que tout le monde et brusquement le lendemain j’étais devenu plus vieux. Je crois que c’est un truc qui a à voir avec la trentaine.

LNM : Cette question de l’âge a eu de l’influence sur tes productions ?

: Oui, j’ai pris conscience que le plus important n’est pas vraiment de produire beaucoup, mais plus de produire mieux. Et puis maintenant je me tourne vers d’autres choses, je me suis trouvé un studio digne de ce nom. Je n’étais pas entré en studio depuis 3-4 mois parce que je tournais beaucoup. Maintenant j’ai envie d’essayer de nouveaux projets avec des instruments acoustiques, et puis j’expérimente de nouvelles façons de produire, par exemple si je ne trouve pas le bon son j’essaye de l’enregistrer directement avec ma voix et je colle quelques effets dessus.

LNM : Est-ce qu’il y a un morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?

: (Réflexion) Elle est dure celle-là, tu veux pas me la reposer à la fin ?

LNM : Que fais-tu pour le réveillon ?

: Je mix à Berlin le 29, le 31 à Kassel puis je remix à Berlin le 2 je crois. La fête du réveillon dure 3 jours à Berlin en fait.

LNM : Ta boite préférée ?

: Le Berghain à Berlin.

LNM : Si tu devais écrire ton épitaphe ? 

: J’écrirais « No one cares ». Mais j’ajouterais quand même un smiley à la fin.

LNM : Bon et sinon le morceau ?

: T’as qu’à m’envoyer un mail, j’y arrive pas là.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬

AGARIC SUR SOUNDCLOUD
AGARIC SUR FACEBOOK

▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>