LE BON:AIR, LE FESTIVAL QUI MET LES FEMMES ET LES COLLECTIFS À L’HONNEUR

Du toit-terrasse au Cabaret Aléatoire, en passant par les Plateaux, le Bon Air s’engouffre dans une faille spatio-temporelle du 1er au 3 juin (même qu’on te fait gagner des pass juste ici). Au programme, de la musique électronique en veux-tu en voilà avec des artistes confirmés comme Daniel Avery, Paula Temple ou Bambounou, une parité respectée et quelques collectifs dont Metaphore qui s’allie pour l’occasion à BFDM et Positive Education.

L’an passé, on avait eu du mal à s’en remettre. Cette année, le Bon:Air compte bien t’achever. Du 1er au 3 juin, le festival aux allures de rave berlinoise revient à la Friche de la Belle-de-Mai avec une programmation qui n’a rien à envier aux autres événements du genre. Paula Temple, Daniel Avery, Bambounou, Bjarki, Mr Finger, Kiddy Smile, voila le genre de noms que tu pourras croiser dans les tréfonds de l’ancienne manufacture de tabac. Rien à voir donc avec la première édition qui rassemblait Stand High Patrol, The Shoes ou Panda Dub. « Quand Marsatac a changé de lieu et de date, on a voulu se démarquer en étant plus radical. On a donc orienté la programmation vers la house et  la techno, explique Olivier Kerdudo dit L’Amateur, le directeur artistique du Bon:Air, la programmation de cette troisième édition rassemble une bonne part d’exclusivité avec des DJs qui ne sont jamais venus à Marseille ou du moins pas depuis 4/5 ans, des collectifs locaux et des artistes féminines », poursuit Olivier. Louise Chen, Avalon Emerson, Sassy J, Paula Temple, Elena Comlombi, Perel, Myako, plus de la moitié des noms sont des femmes, et ce n’est pas pour nous déplaire. « On est content que le débat se soit créé. Ça porte ses fruits et maintenant les gens de la Friche demandent aux autres programmateurs de suivre notre exemple, notamment pour les soirées On Air (dont tu peux retrouver la programmation ici). Et peut être que de voir autant de femmes sur scène motivera certaines filles de la région à se lancer. Elles sont encore trop peu nombreuses au niveau local », révèle-t-il. Une parité qui est à l’image même de la boîte puisque, comme nous le rappelle Cyril Tomas-Cimmino, le directeur Bi:Pole/Bon:Air, « sur 12 salariés, on est 4 mecs ».

Crédit photos : Florian Gallène

Un levier pour les collectifs locaux

Autre point fort du festival, les collectifs locaux. En plus des traditionnelles têtes d’affiches, le Bon:Air fait également la part belle à ceux qui font vibrer la nuit marseillaise :  Extend & Play, Tropicold, Metaphore, Paillettes et D-Mood Record bousculeront les différentes scènes de la Friche ou du Chapiteau lors de l’after pour le plus grand plaisir de nos oreilles. « C’est important pour nous de mettre les collectifs locaux à l’honneur car ce sont les dignes représentants des soirées électroniques marseillaises. Ils véhiculent des valeurs de liberté, et ça c’est l’ADN du festival. C’est d’ailleurs pour cela qu’on reçoit pas d’argent publique », exprime Cyril. Parmi les collectifs programmés, il y en a un à qui le Bon Air réserve un traitement tout particulier : Paillettes, le collectif militant queer et LGBT qui prône l’ouverture d’esprit servira de fil rouge à l’événement via des animations à plusieurs endroits. « On voulait mettre en avant cette communauté-là, rappeler que c’est grâce à elle aussi que la musique électronique a pu se développer », précise Olivier. En plus de cela, le festival a mis un point d’honneur à améliorer la scénographie. Tu pourras par exemple te rendre des Plateaux (qui regroupe La Ballroom et La Boîte) au Cabaret Aléatoire grâce à un immense échafaudage et y découvrir un véritable jeu de lumière. Sans parler de la scène de La Boule à Facette qui, en plus d’accueillir une flopée d’artistes, servira de point de rencontre et dynamisera la circulation entre les salles. « La Friche est un lieu magique. Elle a déjà accueilli des festivals, notamment Marsatac, mais il restait encore des lieux inédits à exploiter. Et puis c’était aussi l’occasion de se faire plaisir à la maison vu que notre agence, Bi:Pole, est basée là-bas », indique le directeur du label.

Crédit photo : Florian Gallène

Une programmation exigeante

Comme on te le disait plus haut, la programmation de cette année est assez exigeante. Vendredi, le festival lance officiellement la saison des soirées On Air avec Malcolm et Perel sur le toit-terrasse. Puis, à partir de 22h30 rendez-vous à La Ballroom, où Dub Striker, Joy Orbison et Daniel Avery se succéderont jusqu’à 5h. Sur la scène de La Boîte, Why Pink ?, Sassy J, Young Marco et Call Super enchaîneront les tempos électroniques. Au Cabaret Aléatoire, retrouve Oko DJ, Avalon Emerson, DJ Stingray et la très attendue Paula Temple. La Boule A Facette, quant à elle, accueillera Rorre Eco, Deep & Roll et Yung Soft. Samedi, Tropicold et Louise Chen t’embarqueront sur le rooftop jusqu’à 23h. Du côté de La Ballroom, Extend & Play lanceront les hostilités avant de laisser place à Soichi Terrada, Mr Fingers et DJ Bone. A la Boîte, Myako B2B Donarra, Kiddy Smile et Elena Colombi se chargeront de faire suer le dancefloor tandis que Les Fils de Jacob, Shlagga, Bjarki, Bambounou et BPM assureront le Cabaret Aléatoire, et Akzidance B2B Deviant Disco et P6R6R6K seront à retrouver à La Boule A Facette. Pour prolonger le plaisir encore quelques heures, direction Le Chapiteau où D-Mood Records t’attendra de pied ferme de 6h à 11h30. Et si tu n’en a toujours pas assez, Le Bon:Air fait sa récré le dimanche avec au programme sardinade, yoga, ateliers, jeux et dj set pour petits et grands. Avant d’y aller, vérifie quand même ta gueule, tu risquerais de faire peur aux minots après ces deux jours de fête intense.

Crédit photos : Florian Gallène

Plus d’informations

Photo de couv : Raoul Photography

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>