LE BREF DE L’INVITÉ DU MOIS – C.C.R REÇOIT ALAIN ARNAUDET, DIRECTEUR DE LA FRICHE BELLE DE MAI

Bienvenue dans l’invité du mois sur CCR.Après Philippe Pujol et Papet J, c’est Alain Arnaudet, directeur de la Friche Belle de Mai depuis 2011 que C.C.R a reçu pour un entretien de deux heures. Quand la parole est donnée sans contrainte de temps, elle se libère, l’occasion de beaucoup parler musique mais aussi de Marseille.

1ère partie :

« J’avais dans le viseur la Friche ». Alain Arnaudet, directeur actuel de la Friche Belle de Mai nous raconte son parcours, et son envie de bosser autour de la musique, dès sa jeunesse. « Depuis 2011 je m’occupe de la destinée de ce projet qui est vraiment passionnant ». Écoute comment sa passion est devenue son métier.

2ème partie :

La Friche Belle de Mai et ses succès : « Il y avait cette année capitale européenne de la culture à l’horizon et je savais que ca pouvait être pour le projet, un levier significatif. ». Acteur parmi tant d’autres, il explique : « On apprend à agir dans une société coopérative », « Il peut aussi nous arriver d’être nous même producteur, on s’autorise à le faire, on est aussi un acteur au milieu des autres ». Jouer l’équilibre entre tout cela, c’est le challenge d’Alain Arnaudet.

3ème partie :

Les problématiques de la Friche Belle de Mai : « La belle de Mai c’est d’abord une histoire, très liée à l’histoire de Marseille ».

Le directeur de la Friche revient sur l’immigration dans ce quartier, avec une population jadis très Italienne et qui est aujourd’hui plus maghrébine et comorienne. « C’est un quartier qui a des problèmes, des problème économiques et sociaux très forts ».

Alain Arnaudet passe un message : « Je suis toujours ouvert à toutes les nouvelles et bonnes propositions, qu’elles viennent de  notre quartier ou d’ailleurs ».

4ème partie :

Le futur de l’institution : « La venue du GMEM à la Friche, qui viendra s’installer dans nos locaux, du coup on aura un pole musique assez important ». Alain Arnaudet nous explique l’emplacement qui sera destiné à la GMEM, avec un espace de travail et de répétition, sous forme de globe, appelé la citerne.

Le directeur de la Friche Belle de Mai mentionne aussi le talon d’Achille de la Friche et du quartier de la Belle de Mai, celui de l’accessibilité notamment en transport en commun. « L’accessibilité de la friche et du quartier est un vrai problème ».

12593938_1184991544867446_5413021988477203056_o
Alain Arnaudet – © Mariam Saint Denis

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>