CONCOURS : TOMBOUCTOU / STATONELLS / TISIPHONE @ EMBOBINEUSE 25/05

Plus de bons plans pour sortir à Marseille par ici

Cette fin mai s’annonce décidément chargée, avec tellement de surprises à découvrir qu’on ne sait plus trop à quel sein téter du bon son. Pour les amateurs un peu aventuriers, que ce soit de la noise, du rock, de l’indus ou même de l’électro, le choix est cependant vite fait : Embo, Embo et Embo. Un choix gagnant à tous les coups, tant les pépites se bousculent dans l’ancienne usine abandonnée. Cette fois-ci ce sera la noise-rock de Tombouctou, le maloya revisité tendance bruitiste des Statonells et la coldwave hypnotique de Tisiphone.

RENSEIGNEMENTS :

• Tombouctou
(Noise-Rock / Carogna, Cheap Satanism / Lyon)

Tombouctou est un trio lyonnais : une chanteuse, un guitariste et un batteur. Ces deux derniers prennent énormément de place, semblent se livrer une lutte sans merci qu’aucun des deux ne gagne réellement jamais. La batterie est intensément et presque constamment martelée et tordue par des frappes d’une violence inouïe et précise. La guitare – parfois doublée par des effets et des boucles – délivre des sensations noise comme on n’en entend désormais que trop rarement dans les milieux autorisés, des explosions dissonantes et des déchirures aigues, en héritage direct de la no-wave et des groupes qui s’en sont par la suite inspiré (les ultra-vénérables Liveskull, les premiers Sonic Youth ou, par extension, Heliogabale) et donc bien loin de la batardisation stoner et grassouillette qui fait des ravages chez trop de groupes de noiseux viandards et hépatiques.

+ : https://tombouctou.bandcamp.com/releases
++ : https://www.facebook.com/pg/Tombouctou69/photos/?ref=page_internal

• Statonells
(Maloya, Noise / EmbobProd / Marseille)

En alliant essentiellement les rythmes et les harmonies du Maloya traditionnel au bruitisme, en passant par l’expérimentation sonore et ambiante, les Statonells sont devenus les acteurs emblématiques de la musique expérimentale et poétique du Marseille souterrain. Sur chacune de leurs scénographies, l’influence des arts plastiques et de la musique déviante convergent au son d’une guitare électrique accordée selon l’humeur de son maître et réglée par toutes sortes d’accessoires inusités ; coincés entre les cordes et retenus par de la patafix, stylo, petite bouteille de verre, et autres cutters rouillés.

+ : https://soundcloud.com/statonells
++ : https://www.facebook.com/Les-Statonells-122037644546235/

• Tisiphone
(Post-Rock, Coldwave / Automate Records / Lyon)

« Cela, qui n’a pas de nom, s’appelle pourtant hylé, matière, chaos,
virtualité ou potentialité ou cela où repose toute chose et autrement encore (…). » Nicolas de Cusa, compendium, 1463

TISIPHONE est une chimère fabriquant un son lumineux et confus inspiré par les rêves.
Trois artistes lyonnais s’emparent de tambours et guitares pour réinventer leur coldwave.
Les membres de TISIPHONE, multi-instrumentistes, ne forment qu’un seul organe, la voix plane, crie, guide, se repose sur une basse enterrée et se perd dans les labyrinthes de la guitare et du synthétiseur. Les éléments de la batterie, dispersés, résonnent de rythmes tribaux et donnent une couleur ancestrale à leur musique.
Le son est brut et onirique.

+ : https://soundcloud.com/tisiphone-2
++ : http://www.tisiphone-faces.com/
+++ : https://tisiphone.bandcamp.com/
++++ : https://www.facebook.com/Tisiphonemusic/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Infos pratiques :

Tombouctou/Les Statonells/Tisiphone @ Embobineuse – 11 Boulevard Bouès (3ème) – ven. 25 janvier – 21h/2h – 5€ (+2€ d’adhésion à la salle)

Plus d’infos dans l’événement Fb

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Pour tenter de remporter l’une des 2 places pour la soirée mises en jeu:

  • Like, commente ou partage en confidentialité public le concours de La Nuit Magazine sur Facebook, Twitter ou Instagram.

Un tirage au sort aura lieu jeudi 24 mai, et les résultats seront communiqués par MP Fb ou mail aux gagnants.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>