EDITO DE COMPTOIR DU 19 MAI: UN WEEKEND DE PÉDÉ

Chaque semaine, La Nuit Magazine envoie sa newsletter, et chacune d’entre elle est précédée d’un court édito, un rappel de l’actualité à travers l’humeur de son rédacteur. Comme tout le monde ne reçoit pas notre newsletter, on a décidé de partager l’édito de la semaine.

Le 17 mai dernier marquait la journée mondiale contre l’homophobie, événement qui nous a fait beaucoup réfléchir à la libre disposition du corps de chacun, mais aussi au sens du mot « pédé ». Pédé vient de pédéraste, un terme qui dans l’antiquité était utilisé pour désigner une relation particulière entre un homme mûr et un jeune homme. Ce serait suite à une série de glissements sémantiques successifs que pédéraste aurait pris la valeur erronée d’homosexuel, pour être finalement réduit au simple phonème « pédé ».
Le pédé ayant longtemps été injustement considéré comme déviant et sale, a donné naissance à une insulte éponyme. On a d’ailleurs souvent l’habitude d’entendre dans le sud de la France « c’est pas un cocktail de pédé » pour dire d’une boisson qu’elle est très chargée en alcool, assez sale, mais pourtant cool, mais « un verre d’enculé » sera lui aussi super chargé et du même bord sexuel que le cocktail de pédé.
À La Nuit Magazine on est un peu perdu face à cet aspect protéiforme, on sait pas trop comment qualifier notre agenda des sorties nocturnes, qui est assez sale en ce milieu de mois de mai, chargé, et cool à la fois.

-Et du coup, agenda d’enculé ou de pédé ?

-Agenda de pédé, et alors ?

Bon week-end.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>