EDITO DE COMPTOIR DU 23 JUIN : LE TRISTE BILAN DE LA FÊTE DE LA MUSIQUE

Chaque semaine, La Nuit Magazine envoie sa newsletter, et chacune d’entre elles est précédée d’un court édito, un rappel de l’actualité à travers l’humeur de son rédacteur. Comme tout le monde ne reçoit pas notre newsletter, on a décidé de partager l’édito de la semaine.

L’été est souvent synonyme de soleil, vacances et beaux moments entre amis. Dans nos villes, la fête de la musique marque le passage à cette nouvelle saison : on se retrouve dans la rue, autour de libres initiatives de musiciens ou de collectifs, pour faire la fête ensemble, danser ensemble, s’aimer ensemble. À Marseille, le Cours Juien et La Plaine font partie de ces endroits à l’effervescence unique, où le temps d’une soirée, tout semble possible, comme affranchir les hommes et les femmes de tous jugements sociaux et culturels, ou encore de toutes les considérations qui gangrènent le vivre ensemble de nos sociétés modernes.

Hélas, jeudi matin, alors qu’on peinait à se remettre de nos gueules de bois et qu’on etait sur le point de dresser un bilan positif de ces festivités du 21 juin, on apprend qu’un homme s’est fait poignarder sur La Plaine, vers une heure du matin, alors que la fête de la musique battait son plein. Il n’a pas survécu à ce geste.

Pas d’humour dans la newsletter cette semaine donc, mais un coup de gueule et beaucoup d’incompréhension.

On comprend que malgré un climat de fête ambiant, les esprits puissent s’échauffer, l’homme est avant tout un animal, et sa nature le rattrape souvent, le poussant à en venir aux poings avant d’entamer un dialogue pouvant déboucher sur un compromis. On comprend que pour diverses raisons, l’homme puisse perdre son sang froid, s’emporter. On ne comprend pas comment la vie de l’autre a pu autant perdre sa valeur. On ne comprend pas comment on peut sortir un couteau et le planter dans quelqu’un.

C’est avant tout à la famille et aux proches de la victime que nous pensons désormais, ensuite à l’avenir des manifestations populaires comme la fête de la musique. Le 21 juin 2017 sera un triste jour pour certains, et dans le climat de défiance actuel, il pourrait donner du grain à ceux qui veulent en moudre, à ceux qui au nom de la sécurité ferment nos lieux de sorties, annulent et interdisent nos événements.

Bon week-end malgré tout.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>