Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet événement est passé

Expo « Baroda Girls » présenté par shiftingframes.com

30 septembre 2016 à 19 h 00 min - 22 h 00 min

| entrée gratuite
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :

Lieu

Le Magasin Alternatif
128 boulevard de la Libération
Marseille, 13004 France
+ Google Map
Téléphone :
04 91 37 78 17

L’exposition est un plongeon au coeur de l’art contemporain Indien.
Bien qu’encore peu présente dans les galeries et musées français la scène indienne s’impose à grands pas à l’étranger. Le monde de l’art se tourne enfin vers la plus grande démocratie du monde et l’émergence du marché de l’art contemporain indien s’inscrit dans une période d’avènement de l’art global où se redéfinissent les rapports de pouvoir entre les pays « du centre » et ceux de la « périphérie ».
Quatre jeunes figures de la scène émergente nous dévoilent l’Inde d’aujourd’hui, ses paradoxes et sa diversité. Ces femmes, dans des approches différentes, révèlent au public l’effervescence créative du sous-continent.
Présentées par la galerie Shifting Frames, www.shiftingframes.com, ces talentueuses artistes ont toutes, à un moment de leur formation artistique, étudié dans la plus renommée des Universités d’art du pays, la Maharaja Sayajirao University de Baroda.
Jignasha Ojha manipule avec humour les paradoxes de la société et puise son inspiration dans les relations hommes-femmes, la question des frontières ou encore dans l’isolement de l’homme moderne. Dans ses toiles, elle fait intervenir des éléments du Passé afin de commenter le Présent et nous montre comment tradition & modernité sont imbriquées.
Meenakshi Sengupta s’inspire très largement des miniatures dont elle utilise le support papier et les pigments naturels ou encore la feuille d’or. Avec force, conviction et ironie elle dépeint une société où l’homme est figure dominante et écrasante. Elle aborde crûment  sexualité, désir, et questions de genre dans un pays où le sexe demeure un véritable tabou et où la majeure partie des femmes ne sort pas de la réserve imposée par une société très patriarcale.
Mitali Shah a vu les villes indiennes littéralement exploser. Elle s’intéresse à cette urbanisation démesurée. En permanente recherche de nouveaux supports et matériaux, en constante exploration de nouveaux processus de création et à partir de l’observation simple de phénomènes naturels, elle illustre l’anarchie des villes d’aujourd’hui, l’aliénation de l’individu moderne au sein de mégalopoles à la croissance non maîtrisée.
Enfin, Gopa Trivedi intègre les caractéristiques liées aux espaces, au temps et leurs implications. Réceptive aux subtilités et aux nuances d’un espace donné, elle est particulièrement attirée par l’espace domestique qui s’imprègne de ses habitants et devient la biographie des vies qui s’installent en lui. Formée selon la tradition miniaturiste, elle a exploré récemment le support numérique tout en restant fidèle à la pratique de la miniature.
Cette tension tradition-modernité omniprésente dans l’exposition nous montre ainsi le chemin singulier emprunté par l’Inde.
Partagées entre réappropriation du débat artistique et aspirations internationales, ces artistes cherchent à renouveler l’approche des arts visuels à partir de leur héritage culturel.