FAIT D’IVRESSE #01: COMMENT GÉRER JULIE, TA POTE ALCOOLIQUE ?

Tu as entre 18 et 35 ans et tu aimes bien faire la fête, hélas, ton amour pour toutes les boissons contenant plus de 4,5% d’alcool a tendance à te couper de tes amis qui ont une vie professionnelle ultra chargée, de ceux qui ont une vie familiale, ou de tes copines qui projettent d’être enceintes.

Il y a quelques étés tu as rencontré l’amie d’une amie à un barbeuk organisé chez un ami. Julie, un prénom assez banal pour une fille qui l’est moins, décapsulait ses Kro avec les dents, prétendait faire de la boxe et avait ses aises dans un bar où tu n’avais jamais osé rentrer. Le charme a opéré au fil des barbecues qui se sont enchaînés, Julie t’a appris à ouvrir des bières et c’est en écoutant ses histoires que tu as vite compris que tu venais de trouver une coéquipière nocturne.

Julie est toujours la première à répondre aux textos groupés que tu envoies du jeudi au samedi, entre 17h et 21h, et propose toujours d’aller boire un verre ou un demi de rosé, Julie aime bien boire des verres. Il fait bon vivre aux cotés de Julie, entre ses histoires de mec au micro pénis ou de maillot perdu à la plage… Julie a toujours le mot pour rire.

Hélas, la constitution humaine de Julie lui fait bien trop souvent défaut et une question bien plus terre à terre refait alors soudainement surface : comment gérer Julie, ta pote alcoolique ?

 

Comme souvent, Julie te propose de commencer la soirée par un apéro à 19 h durant lequel elle va débriefer de sa semaine et des 5 dernières années. La conversation est entrecoupée d’interrogations sur la suite de la soirée, de choix cornéliens entre shooters et long drinks et est parasitée par des remarques sur le cul du serveur – qui au passage n’a rien de plus que le tien.

Source: annhyphencharlotte.wordpress.com
Source: annhyphencharlotte.wordpress.com

Il est maintenant 22 h, vos deux porte-monnaie se sont allégés de quelques dizaines d’euros, Julie commence à manifester de l’entrain pour à peu près tout, et finit ses phrases en mettant des coups de poing – petits mais douloureux à la longue – dans ton épaule droite. L’ivresse se fait sentir.

Les choix deviennent maintenant stratégiques, et Julie en veut toujours plus. Elle t’impose un crochet par l’alim et juge nécessaire d’acheter une bouteille de vodka et suffisamment de 7up goût mojito pour diluer l’intégralité des 70 cl de ce liquide à 37,5%. C’est à ce moment précis que tu décides de prendre les devants, que tu valides son plan et que tu proposes d’aller vers St Victor, sur ce que tu juges être le plus beau banc de Marseille.

À 23h30, tu assistes – comme les passants – au premier pipi de Julie dans la rue, sa perte d’équilibre due à sa position accroupie lui a sans doute fait se rattraper dans son aquosité, mais tu ne soulignes pas la maladresse.

Le nombre de chutes que tu tentes d’éviter à Julie multiplie les trous dans ses collants semi-opaques, et Julie remet systématiquement la faute sur toi ou sur les trottoirs de cette ville qui sont mal foutus.

Il faut se rendre à l’évidence et commencer à trouver des solutions pour gérer Julie.
 
Source: annhyphencharlotte.wordpress.com
Source: annhyphencharlotte.wordpress.com

Ton cerveau brumeux te souffle quelques idées. De la plus saine à la plus perverse, tu te dis que tu peux :

Source: Libération
Source: Libération

ASSUMER

Malgré tous les efforts mis en œuvre pour trouver des plans soirées tout en limitant la descente de Julie, tu continues à t’en prendre plein la gueule parce que tu as écarté les mâles vantant ses charmes et les étoiles que son père aurait volées pour lui mettre dans les yeux, mais aussi parce que tu es un mec un peu coincé selon les dires de Julie.

Il est minuit passé et la bouteille de vodka commence à dire bye bye. Tu assumes ton penchant pour la boisson en buvant jusqu’à plus soif et bien plus encore, tu proposes même d’aller acheter du poppers histoire de s’achever. Tu sais déjà qu’après quelques détours, cette soirée va finir chez Julie, et qu’après avoir appelé Allo Apéro avec un accent Chti, tu n’auras gagné qu’un paquet de Lay’s goût salé, un débat Villalobos vs Gala, et un mauvais dodo sur le canapé. A voir si on trouve rien de mieux…

LA RAMENER CHEZ ELLE 

Tu es un mec bien, la ramener chez elle se fera en tout bien tout honneur, et tu pourras toujours appeler d’autres potes après ça s’il te reste encore assez de batterie sur ton iPhone que tu n’as pas rechargé depuis ce matin. Ceci dit Julie est déter et elle te traite de payot quand tu lui proposes de rentrer. Comme tu avais prévu de passer la soirée avec elle, tu assumes.

L’EMPÊCHER DE BOIRE 

Écarter Julie de la boisson c’est compliqué. Tu connais déjà la chanson et le caractère corse de ton acolyte féminin, tu vas passer pour un type coincé et moralisateur. Tu peux la jouer fine en buvant de plus grosses gorgées qu’elle ou en lui faisant des verres moins chargés, mais tu sais par avance que tu vas te retrouver tellement minable que tu ne pourras pas gérer Julie.

LA FAIRE DANSER

Tu sais par expérience que danser aide à décuver, et vu que tes poches sont vides, tu pourras aisément gratter quelques pintes d’eau bien fraîche au bar, ça fera pas de mal à ta pote. Si elle râle, une réponse : « c’est ça ou la pâteuse ». En principe, après 1,5 litre d’eau et 2h de danse, Julie devrait vouloir rentrer chez elle, tu n’auras eu à gérer que les pseudo beaux gosses en chemise blanche qui pensent encore qu’on attrape une fille ivre en frottant son pubis à ses fesses. Il est aussi bon de te prévenir que la musique sera suffisamment forte pour couvrir les plaintes de Julie. En revanche, si tu t’es fait pointer à l’entrée de la boite, tu assumes.

Source: health.allwomenstalk.com
Source: health.allwomenstalk.com

L’ABANDONNER DANS UN ENDROIT SAFE 

Tu as reçu en début de soirée un texto de ce brave Pierre auquel tu n’as même pas daigné répondre. Le pauvre garçon fais une soirée chez lui, durant laquelle – tu imagines – sa copine tire une gueule pas possible, te laisse penser qu’il est temps de partir tellement elle passe son temps à faire le ménage derrière tout le monde, où même cloper à la fenêtre te fait passer pour un bad boy. Pierre est un peu le gendre idéal, le chouchou de grand-tante, et tu sais qu’il ne ferait pas de mal à Sasha Grey nue dans son lit. Tu te dis que tu pourrais aller trasher un coup la soirée de Pierre, et que Julie s’emmerderait tellement qu’elle finirait bien par s’endormir dans un coin. Tu auras alors géré Julie en l’oubliant dans un endroit safe. L’idée te semble tordue mais tu n’es pas un garçon très droit, elle ne se réveillera pas avec un « fun » suivi d’une flèche près de son entrejambe.

Source: ptiteprude59.fr
Source: ptiteprude59.fr

REFILER LE PAQUET 

Tu es peut être un horrible personnage, mais ce soir, Julie t’a franchement soûlé – l’amitié n’est plus. Alors tu cherches à la lâcher, tu l’emmènes dans une boite où tu as tes habitudes, tu la traînes sur le dancefloor et sirotes une pinte d’eau en regardant le spectacle : Julie, minable, se fait brancher par des mecs qui ne valent pas mieux. La sélection naturelle fera le choix pour Julie, tu ne veux même pas savoir comment ça va finir, tu t’en vas, tu es horrible et suite à ça même ta mère devrait refuser de te parler.

L’AVIS DE DOUMÉ, LE SPÉCIALISTE 

doume

 

«Pour gérer une fille, il vaut mieux avoir son consentement, c’est mon expérience qui parle. À mes yeux, l’amitié homme femme n’existe pas, s’alcooliser jusqu’à pas d’heure n’est jamais anodin, pose-toi les bonnes questions. Si le climat le permet, je préconiserais plutôt un bain de minuit, ça pourrait déboucher sur un happy ending. »

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>