FESTIVAL MIMI: L’OVNI QUI ATTIRE

Photo © Mariam Saint-Denis

Le festival MIMI terminait sa 31ème édition le weekend dernier. Chaque année, Ferdinand Richard et sa troupe continuent d’attirer les fans de musique les plus audacieux de Marseille ou de la France entière. Un véritable tour de force pour un festival qui offre une programmation aux antipodes des événements pour les fans de GoPro sur la tête et d’EDM. On a essayé de comprendre l’esprit du Mimi. Et comment, après tant d’années, ce festival arrive encore à attirer le public ?

« MIMI, ce n’est pas le croupion qui se dandine sur la terrasse, c’est du plongeon de haut vol dans un minuscule chaudron, beaucoup trop petit pour les croisiéristes… » Dans l’édito de cette 31ème édition, Ferdinand Richard affirme une fois de plus que la musique est une chose qui se mérite. Pour le MIMI, il faut carrément souffrir. Perché en haut des vestiges de l’Hôpital Caroline, le festival se dresse comme une sorte de pèlerinage pour les mélomanes. Prendre le bateau depuis le Vieux-Port pour aller au Frioul, monter la route du port jusqu’à l’Hôpital Caroline sous une chaleur harassante. Et une fois arrivé au festival, survivre aux moustiques (Ferdinand, quand tu veux tu offres des spray anti-moustiques aux festivaliers). Le MIMI n’est pas un festival pour les gens qui aiment porter des débardeurs et boire une bière à deux degrés. Non, quand tu vas au MIMI, tu mets un jean et une chemise pour éviter de te faire bouffer par les moustiques. Tu vas avoir chaud, mais ce n’est pas grave, tu prendras l’air quand tu seras sur la navette pour revenir sur le continent.

Une fois arrivé au sommet, l’ambiance de l’Hôpital Caroline est dépaysante. Le festival fait voyager ses fidèles dans une atmosphère hors du temps, hors de la pollution, hors de tous repères.

Mimi Festival 2016 @ Ile du Frioul - © Mariam Saint-Denis
Mimi Festival 2016 @ Ile du Frioul – © Mariam Saint-Denis

« Je devais aller à l’Electrobotik ce week-end. Mais c’était un peu trop compliqué pour y aller donc j’ai préféré aller faire une soirée MIMI. On va se rejoindre sur la plage à coté de l’Hôpital et y aller en début de soirée. » Le sentiment d’Alexandra se retrouve de plus en plus dans le public marseillais. De par sa programmation, le festival est un véritable rendez-vous chaque été. Un rendez-vous qui rime avec la certitude de découvrir quelque chose de nouveau, de différent. Il y a aussi bien des jeunes que des vieux, qui partagent tous le désir de crapahuter sur le Frioul pour s’imprégner de l’ambiance si particulière du festival.

Si Marseille est chaque été la cible de festivals qui singent une ambiance californienne et où la surprise est rarement au rendez-vous, le MIMI caractérise un public marseillais. La programmation est complètement folle, à l’image d’une communication visuelle pour le moins singulière (cette année, à l’occasion de l’euro, une jambe de joueur de foot façon jambon en plein découpage).

Mimi Festival 2016 @ Ile du Frioul - © Mariam Saint-Denis
Mimi Festival 2016 @ Ile du Frioul – © Mariam Saint-Denis

La musique du MIMI est une parenthèse dans le paysage audiovisuel français et les artistes s’inscrivent dans cette tradition instaurée par Ferdinand Richard. Ils sont en constante recherche de modernité musicale. Les groupes, les artistes proposent une représentation singulière mais marquée par une grande maitrise artistique. Ils repoussent les limites de notre connaissance de la musique. Il est rare d’avoir un festival qui arrive à provoquer de telle réaction par sa programmation.

Très souvent, nous allons dans un festival pour voir ce que nos artistes préférés valent en live. On connais déjà les morceaux, on veut juste entendre la même chose que sur nos iPod. Le MIMI propose autre chose. Parfois on adore et on danse autour des ruines de l’Hôpital, parfois on aime moins mais on aura entendu quelque chose de différent. L’énergie du public est communicatrice, les sièges sont tellement serrés que quand ton voisin bouge la jambe parce qu’il aime le concert, tu es inévitablement pris dans son élan. Bref, le festival MIMI offre des sentiments trop rares dans le monde de la musique.

Nicolas Chiale

Toutes les photos © Mariam Saint-Denis pour La Nuit Magazine

LES PHOTOS DU DIMANCHE SOIR @ HÔPITAL CAROLINE:

 

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>