IMPACT FESTIVAL : « CA VA TOUT PETER »

On l’aurait presque oublié après les réactions suite à l’annonce du prochain Marsatac, mais c’est l’Impact Festival qui ouvre le bal au Parc Chanot et qui a bien l’intention de n’en faire qu’une bouchée  pour sa toute première édition. Afin de prendre la température de l’événement, la Nuit s’est entretenue avec John de RAVE, l’un des trois grands collectifs organisateurs avec Electrobotik et Psymind. Ils sont habitués à faire du bruit à Marseille, et ils se sont associés cette fois-ci pour essayer de créer un vrai raz-de-marée le 26 novembre. Et en plus, on t’invite !

En trois mots, comment définirais-tu l’Impact Festival ?

John : Ca-va-péter, union et nouveauté. C’est difficile de décrire un festival avec autant d’artistes en si peu de mots.

Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cet évènement ?

On est tous potes et ensemble on a voulu se lancer un challenge. Au lieu d’être en concurrence on a voulu s’unir dans un seul évènement. En plus de ça, cela fait maintenant 10 ans qu’il n’y a plus de festival au Parc Chanot, le lieu nous motive à faire quelque chose de vraiment énorme.

Qu’apporte l’alliance des trois associations sur le festival ?

En mêlant notre savoir-faire et notre travail on va voulu présenter un contenu spécial et inédit pour le public. Chaque salle aura sa propre identité.  Psymind par exemple a une grande capacité à occuper l’espace avec sa déco.

Au niveau de la programmation, comment avez-vous choisi les artistes ? Qui est derrière le line-up ?

Cela n’a pas été évident de choper des artistes ! On a tous échangé, donné notre avis sur le line-up. C’était un vrai travail de groupe. Pour la hardtek, on a pas pris énormément de risque, on a misé sur les anciens mais on a également inclus de nouveaux artistes. À l’inverse, pour le line-up techno et psy-trance on a pris de gros risques avec des artistes peu connus. On voulait montrer quelque chose de différent et faire découvrir de nouveaux sons.

“Le Parc Chanot n’est pas un choix anodin, c’est le seul qui pouvait répondre à nos besoins„

Comment comptez-vous retourner le Parc Chanot en terme de scénographie ?

Si on avait plus de moyens, je te mettrais bien du feu et des moto-cross partout ! Plus sérieusement, on se met pas mal la pression pour la scénographie. Chaque scène sera habillée, il y aura des projections et des jeux de lumière dans les salles, des manèges de fêtes foraines. Ça va être complètement fou!

Pourquoi investir le Parc Chanot alors qu’il a été longtemps laissé à l’abandon par les festivals ? C’est un défi pour vous d’attirer les gens dans ce lieu ?

Le Parc Chanot n’est pas un choix anodin. On avait besoin d’espaces similaires pour pouvoir chacun s’exprimer. Tu peux pas mettre Rave dans une plus petite salle qu’Electrobotik et vice versa. Seul le Parc Chanot pouvait répondre à nos besoins. Tu as des scènes avec 15 mètres de hauteur et 35 mètres de largeur ; c’est ça dont on a besoin pour nos scénographies. On est un peu les bêta testeurs de l’histoire. Mis à part ça je pense pas que ce sera un problème d’attirer les gens là bas ; c’est bien placé et très spacieux !

Combien de personnes attendez-vous ?

Entre 12 000 et 13 000 personnes, sachant que le lieu peut en accueillir jusqu’à 15 000.

En un mot, on ressort dans quel état de votre festival ?

On ne sait pas parce que tu t’en souviendras pas !

Si on s’éclate on se recapte même lieu, même date, l’année prochaine ?

Si cette première édition fonctionne et si le Parc Chanot veut bien de nous on sera là l’année prochaine. Dans le cas contraire, on se remettra en question.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>