INTERVIEW: TEKI LATEX

Teki Latex était de passage au Baby Club dans le cadre des préliminaires au festival Marsatac en partenariat avec Rinse France. Nous l’avons rencontré après son set.

La Nuit Magazine: Comment s’est déroulée cette session marseillaise ?

Teki Latex : Ça s’est hyper bien passé, ça fait grave plaisir d’être bien entouré, d’arriver dans un club où le son est nickel, où le public est au rendez-vous, où le public est éduqué et possède une culture musicale, où il reçoit les djs avec curiosité et enthousiasme et où le public danse, fait la fête et n’est pas en train de tirer la gueule. Il y a eu un bon boulot de promo, je remercie Marsatac et Rinse Fr. J’ai l’impression que c’est la colonie de vacances, je suis parti avec mes potes de Paris ce matin et on fait la fête à Marseille et demain on part à Toulouse pour une pool party avec le même line-up. C’est un super week-end.

La Nuit Magazine : Tu nous disais tout à l’heure que tu n’avais pas eu cette image de Marseille il y a 3-4 ans, que s’était-il passé et quels changements constates-tu ?

Teki Latex : Les deux dernières fois où j’ai joué à Marseille, il n’y avait pas autant de monde et les gens s’en foutaient un petit peu. J’ai pas une mauvaise image de Marseille parce qu’à l’époque j’avais joué avec TTC et c’était le gros carton, c’était mortel et il y avait une pure vibe. Mais les dernières fois, j’avais un peu l’impression d’être mal-aimé par les marseillais et ce soir ils m’ont prouvé le contraire donc ça fait plaisir.

Marsatac x Rinse w/ Korgbrain, Teki Latex, Raphael, Azamat B, Manaré @ Baby - vendredi 18 septembre
Marsatac x Rinse w/ Korgbrain, Teki Latex, Raphael, Azamat B, Manaré @ Baby – vendredi 18 septembre

La Nuit Magazine : Techno ou hip hop ?

Teki Latex : Le problème c’est que j’ai du mal à choisir. Il y a des soirs où c’est un peu plus Techno et des soirs où c’est un peu plus Rap, ce que j’aime le plus faire c’est mélanger les deux. Mais bon, depuis quelques années je mets moins les pieds dans le Rap. Je dirais que j’ai du mal à choisir entre les genres de musique électronique que je joue, c’est difficile pour mois d’aller dans une seule direction, tu me verras jamais faire un set 100% techno droite, au bout d’un moment je vais casser le truc parce que ça va m’ennuyer et je ne vais pas pouvoir m’en empêcher. J’aime bien apporter un peu plus de surprise, jouer des trucs un peu plus breakés, ghettos ou bizarroïdes qui se retrouvent plutôt entre les genres que dans un seul genre.

La Nuit Magazine : Tu cherches à te différencier ?

Teki Latex : Moi j’aime la Techno d’amour, j’aime pas l’autoroute. Enfin ça dépend, ya un temps pour tout et un dj pour tout, moi je ne suis pas ce dj là. Il y a des djs qui le font très bien et je les respecte, j’apprécie les voir jouer. Moi j’ai été dans un groupe de rap pendant 10 ans, j’ai découvert la musique électronique avec Warp, Squarepusher, Autechre, aussi bien que par Miss Kittin. En fait plutôt que de renier ces influences d’avant, j’essaye de les incorporer au fur et à mesure que je grandis et que je muris dans la musique et en tant que DJ. Alors évidemment j’ai mes périodes plus Techno et mes périodes plus bass anglaise, là je reviens vachement au Grime qui est un style anglais que j’ai beaucoup aimé quand c’est apparu au milieu des années 2000 et qui vit une sorte de résurgence avec plein de petits jeunes qui font des trucs incroyables. Je n’ai pas envie de rester dans une case, j’ai envie d’inclure toutes les choses que j’ai aimé dans mes sets.

Marsatac Event w/ Teki Latex / Raphael / Namaré @ Baby Club - vendredi 18 septembre
Marsatac Event w/ Teki Latex / Raphael / Namaré @ Baby Club – vendredi 18 septembre

La Nuit Magazine : Quel est l’origine de ton label, Sound Pellegrino, et où en est-il ?

Teki Latex : Pourquoi on fait les choses, je ne sais pas, mais au bout d’un moment on a envie de faire les choses et on les fait. Sound Pellegrino est né parce qu’on est fasciné par la musique de club, que ça soit la house ou la techno. Je suis très curieux de pleins de styles de musique du monde entier, la UK funky, le Grime, tous ces trucs là. On s’intéresse à tout ça depuis l’époque de TTC, et on en incorporait déjà dans nos morceaux de rap mais au bout d’un moment on a eu envie de faire plus que d’en incorporer, on a eu envie d’en sortir, et d’en jouer.

Orgasmic était le dj de TTC mais il faisait aussi des sets à l’époque d’Institubes et en 2009 on a eu envie de sortir notre label de musique électronique très club et de sortir plein de maxis pour être un vrai label de dance, et on l’a fait.

Ce qui est important c’est qu’en 2016 Sound Pellegrino va avoir 7 ans, Institubes, mon précédent label s’est arrêté en 2003, à l’âge de 7 ans. Donc Sound Pellegrino, va avoir une durée de vie supérieure à Institubes, et va devenir le label le plus important de ma carrière en terme de longévité, et ça c’est un point super important pour moi. J’ai hâte que 2016 commence.

La Nuit Magazine : D’où proviennent les revenus d’un label comme Sound Pellegrino ?

Teki Latex : On fait rarement du vinyle, et encore plus rarement du cd, donc en termes de ventes ça provient essentiellement du digital. Mais de toute façon on ne gagne pas d’argent en vendant des mp3, on gagne de l’argent en jouant dans les clubs. Nos revenus proviennent essentiellement du live, et un peu du merchandising. Disons que j’inclus le vinyle dans le merchandising, on en fait de temps en temps parce que les kids ont envie d’avoir du vinyle, mais je pense que ça passera.

Marsatac Event w/ Teki Latex / Raphael / Namaré @ Baby Club - vendredi 18 septembre
Marsatac Event w/ Teki Latex / Raphael / Namaré @ Baby Club – vendredi 18 septembre

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>