OUTDOORMIX FESTIVAL : RETOUR SUR TROIS JOURS DE FÊTE AU MILIEU DES MONTAGNES

Du 18 au 21 mai, La Nuit était à l’Outdoormix Festival, dans les Hautes-Alpes. Si c’est à Lyon que se trouve le festival le plus dégaine, c’est à Embrun qu’il est le plus accueillant. Retour sur trois jours de fêtes au milieu des montagnes dans un festival qui n’a rien à envier aux autres. 

Vendredi : bolas, pluie, et Puppetmastaz

Les montagnards ont la réputation de savoir faire la fête, on a pu le vérifier par nous même. Après 2h30 de route, nous voilà arrivé à Embrun. Le soleil est là, mais on va vite comprendre que le temps là-bas est aussi imprévisible qu’un schizophrène. Pas le temps de niaiser, on se rend directement sur le site du festival. Personnellement, je n’avais jamais entendu parlé de l’Outdoormix avant qu’on ne m’envoie là-bas, et je pars donc sans aucun a priori. Avec Cyrille, mon acolyte photographe, on fait un rapide tour du village histoire de repérer le bar. Avant de pouvoir s’installer autour d’une bonne bière, on fait le plein de Mix, la monnaie du festival (1 Mix = 2,50€). Devant nous, le plan d’eau du lac de Serre-Ponçon nous offre une vue à couper le souffle. Ça change des voitures et des poubelles qui dégoulinent. Une fois notre gorge désaltérée, on décide d’aller voir les différents stands. Enceintes en forme de totem, lunettes en bois, vêtements en chanvre, équipements sportifs, il y a de quoi se constituer la parfaite panoplie du rider des montagnes. 20h30, il est temps pour nous d’aller manger. Burgers, frites, nouilles, piadina, pizza, pâtes, kebab, smoothies, crêpes : il y a le choix et pour pas trop cher (2 Mix en moyenne), ce qui est plutôt rare pour un événement de cet acabit. Notre ventre bien rempli, on se dirige vers l’entrée de la partie concert. Après la traditionnelle fouille, nous voilà sur place. Au programme de ce soir : The Stupeediotiks, Les Lacets Des Fées, Puppetmastaz et DJ Moule Orchestra. A notre arrivée on reconnait le son des Lacets Des Fées. On regarde autour de nous. Il n’y a beau avoir qu’une seule scène, l’espace semble immense. Ici pas de bitume, que de l’herbe. Contrairement à d’autres festivals, il y a eu un réel effort sur la décoration. On est plongé directement dans l’ambiance. Les Lacets Des Fées finissent leur concert sous une salve d’applaudissement. Direction le bar pour se recharger. On a le choix entre du vin, de la sangria, de la bière et des softs pour 1 Mix. Pas cher. On décide d’aller s’asseoir sur l’une des banquettes en palettes en attendant Puppetmastaz. Mais c’était sans compter sur la pluie. On est obligé de se réfugier sous la tonnelle du bar, blindée. Bien sûr, Marseillais que nous sommes, nous n’avons pas prévu le kaway et les bottes de pluie. Au loin, on remarque un attroupement. Et malgré les trombes d’eau qui tombent, on se motive à aller y jeter un œil. Une femme jongle avec des bolas enflammées. Ses compagnons la rejoignent pour délivrer un véritable spectacle de feu pendant une bonne quinzaine de minutes. Parfait pour patienter. Puis, les marionnettes allemandes de Puppetmastaz débarquent sur scène, et enchaînent les titres de leur dernier album, dans un mélange de beats et de hip-hop. La pluie ne fait pas peur aux Embrunais qui se déchaînent tout du long. Le concert terminé, on va se coucher trempés mais impatients de voir la suite des festivités.

Samedi :  kitesurf, BMX et High Tone

Deuxième jour et pas des moindres. Le samedi s’annonce chargé en terme de programmation sportive. On commence avec le kitesurf sur le lac de Serre-Ponçon. Il fait froid, il y a du vent, mais ça ne décourage pas les trois kitesurfeurs venus concourir. Pendant près d’une heure, ils enchaînent les figures et s’envolent. On dirait presque qu’ils vont atterrir dans les montagnes. Heureusement pour eux, tout est sous contrôle. Après le déjeuner, on file voir le BMX spine. Petit à petit, le soleil revient, et il fait carrément chaud. Il y a du monde, et beaucoup de familles. Les enfants courent partout, s’initient à l’escalade ou testent la slack. Nous, on va voir le BMX dirt. On se pose dans l’herbe tranquille. Ensuite, direction les loges où une interview avec High Tone, pilier du dub français, nous attend (tu peux la lire ici). Puis, on fonce à l’apéro, en bord du lac. Pépouzes sur nos transats, on admire cette vue dont on se remet toujours pas. Dommage que l’eau soit si froide, on se serait bien baigné. Bien sûr, juste au moment où on se dit ça, le temps se remet à changer – c’est pas drôle sinon – et nous oblige à faire un aller-retour à l’hôtel histoire de récupérer un pull. La nuit tombe, on va manger avant d’aller danser sur Karabass, Abdul & The Gang, High Tone et Tetra Hydro K. Cette deuxième soirée s’annonce plus chaude que la veille. Et après avoir écouté les deux premiers artistes, on s’assoit en attendant la suite. Enfin, High Tone arrive sur scène. Avec leurs instruments, ils nous font découvrir des anciens comme de nouveaux morceaux pendant une heure. Le concert se termine, il est 1h du matin passé. On va voir du côté du soundsystem ce qu’il se passe. Les enceintes crachent du dub à faire trembler les murs. On  se pose 5 minutes sur un banc. Deux mecs viennent nous parler et veulent qu’on les prenne en photo.  L’un le cul à l’air, l’autre le verre à la main. Il y a moins de monde que la veille mais c’est beaucoup plus le bordel. Et le set de Tetra Hydro K n’arrange pas les choses. A coup de grosses basses, le duo réveille ceux qui s’étaient assoupis. Tout le monde danse. Les pongos sont de mises et les slams aussi. On en ressort trempé mais cette fois de sueur. Il est temps de quitter les lieux. Avant de rentrer à l’hôtel, on arrive à se dégoter un petit after avec des Marseillais au camping, histoire d’en fumer une dernière.

Dimanche : gueule de bois, kayak et Patrice

Troisième soir et on est toujours là, malgré la gueule de bois. On se lève, difficilement, mais on se lève. On file directement s’acheter à manger, histoire d’éponger ce qu’il reste de la veille. Un sandwich de gros en main, on se rend au Moutain Bike. C’est sur, il est pas aussi grand que celui du Fise mais ça reste impressionnant, et ça plait au public venu en nombre aujourd’hui. Ensuite, on va au kayak. En mode freestyle, les kayakistes enchaînent les figures 360 sur une vague statique. Bien sûr, la pluie finit par s’inviter une nouvelle fois, et c’est sous l’eau qu’on participe à une initiation longboard. Moyenne d’âge : 10 ans. On dénote un peu mais c’est pas grave. Après plusieurs tours de slalom, on bouge se sécher à l’hôtel. Puis, c’est parti pour la troisième soirée en compagnie d’Anticlimax, Vanupié, Patrice et La Petite Fumée. Notre marseillais national délivre un set électronique et chauffe la foule humide. Ensuite, c’est au tour de Vanupié de monter sur la scène de l’Outdoormix avant de laisser la place à Patrice. On a pas le courage de rester pour La Petite Fumée. Il est temps pour nous d’aller dormir. Trois jours de fêtes, ça fatigue. En tout cas, on a kiffé. Et l’année prochaine, plutôt que d’aller comme d’habitude au Fise, on se motivera sûrement à revenir à l’Outdoormix Festival. Il a beau être plus petit, il n’a rien a envier aux autres festivals du genre, que ce soit en terme d’organisation, de décoration ou de programmation. Et puis, y a pas a dire, malgré la pluie, l’air de la montagne ça vous gagne !

Un grand merci à Caroline et Marie pour leur accueil. 

Toutes nos photos ici (crédit : Cyrille Vanneste) :

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>