MANIFESTE DE LA PLAINE

C’est dans un silence assourdissant de la part des institutions que se joue actuellement le changement de La Plaine. Pour qu’il se ne fasse pas sans nous, nous vous invitons ouvertement à partager et à discuter de ce sujet de plus en plus épineux à mesure que le temps passe. Une adresse email est mise en place pour faire une voix de tous vos avis. Tous les détails dans cet édito.  

En beaucoup de sens, La Plaine est un microcosme marseillais. Toute la diversité, tous les paradoxes de la ville s’y croisent. Des gens qui refont le monde aux forains, de la mère de famille à l’habitué des terrasses, du rappeur underground à l’artiste mondain, ou simplement des amis venus s’amuser : toutes les classes s’y retrouvent jusqu’à être inextricables. Il s’agit là d’un endroit précieux, singulier dans une ville d’un million d’habitants. Les garants de cette émulation sont multiples, et le tissu associatif en constante action en est la tête de proue.

Il y a peu de temps, l’idée d’un projet de rénovation de la place Jean Jaurès a été officialisé, le nom que l’on ne connaît que sur les cartes et dans les documents officiels. Un plan qui verra le jour semble-t-il dans peu de temps, l’absence de communication et de visibilité étant la seule véritable information que l’on peut noter à ce sujet à l’heure actuelle. Pourquoi la mairie ne souhaite-t-elle pas jouer cartes sur table au sujet de cette rénovation, et en impliquer ceux qui la subiront ?

© Edouard Hartigan
© Edouard Hartigan

Tout cela soulève d’innombrables interrogations : cherche-t-on à se débarrasser d’une population un peu trop consciente et populaire ? Veut-on aseptiser le quartier qui en souffrirait le plus, en faire un exemple ? La Plaine et son secteur présente en effet de nombreux attraits pour de nouveaux acheteurs de biens, avec des prix qui pourraient bien sûr être revus à la hausse. L’exemple de la Joliette nous a montré que les promoteurs savent attirer les grandes chaînes et les établissements stéréotypés aux terrasses un peu fades. Et les rumeurs les plus folles circulent aujourd’hui sans la moindre réponse officielle.

Il est cependant difficile de nier que l’on parle d’un espace urbain extrêmement sous-exploité. Un parking en plein air pendant la moitié de la semaine est inadapté à la fois pour le marché historique, les habitants, les fêtards ; en bref pour presque tout le monde. Le marché gagnerait par exemple largement à posséder des infrastructures adaptées, l’espace réservé aux enfants n’en est plus vraiment un, l’ex-terrain de foot devenu terrain de boule est un paradis pour chien, la nature n’y est représentée que par un ilot minuscule avec en son centre un arbre centenaire. Il est également facile d’imaginer un développement des bars et autres établissements nocturnes. La place en elle même peut se révéler tout simplement beaucoup plus belle. Et même ce fameux parking n’en est pas vraiment un, la fourrière surprenant fréquemment les automobilistes mal renseignés. En somme, l’utilisation de cette place est très peu lisible.

Et si le quartier de la Plaine pue le potentiel, c’est par dessus les odeurs de bière rance et de pisse nocturne.  Notre engagement pour une ville plus vivante et des initiatives plus soutenues ne saurait-être au prix d’un manque de respect au propre secteur que l’on défend. 

Nous sommes ainsi confrontés à ce qui constitue la plus grande force et la plus grande faiblesse de notre ville : sa diversité formidable et créatrice entraîne souvent des intérêts contraires, des paradoxes compliqués à résoudre.

© Edouard Hartigan
© Edouard Hartigan

Chez nous, à La Nuit Magazine, à l’intérieur de ce microcosme, nous souhaitons préserver, développer et chérir ce qui fait la force de ce quartier unique dans une ville singulière. Nous sommes des pères de famille, des musiciens un peu fous, des journalistes, des jeunes marseillais, parfois un peu tout ça à la fois, parfois ni jeunes ni marseillais. Pour beaucoup d’entre nous nous vivons, travaillons, et sortons dans ce quartier. Et nous sommes aujourd’hui tout de même assez inquiets de ce qu’il pourrait devenir, qu’il soit laissé à l’abandon ou jeté dans la fosse des promoteurs.

Nous sommes loin d’être les seuls : les initiatives se multiplient actuellement, avec pour symbole un festival de la Plaine indépendant qui aura lieu dès le 13 février prochain, et qui a pour objectif notoire de rassembler autour de ces problématiques. Nous ne serions prétendre être les acteurs d’une mobilisation contre un projet, mais seulement les diffuseurs d’une information libre et réfléchie. 

Ce billet représente ainsi la diversité de nos opinions, mais il ne saurait-être un point de vue exhaustif sur la situation. Il a été écrit avec précaution, car en demandant souvent un changement profond dans la ville, nous ne pouvons pas être seulement sceptiques à son arrivée.

C’est pourquoi nous vous demandons à vous, habitants et acteurs de La Plaine, de nous transmettre vos opinions, vos idées, vos visions. Vous avez une idée pour que le sport ne se fasse pas que sur le goudron, lorsque l’absence de voiture le veut bien ? Vous avez des idées pour booster le marché ? Vous pensez que les fanfares sont l’emblème du quartier ? Dites le nous. Dès la publication de cet article, nous serions ravis de recevoir vos idées sur l’adresse mail contact@lanuitmagazine.com

Durant un mois, nous les rassemblerons, et nous ferons en sorte qu’elles arrivent dans toutes les bonnes boîtes aux lettres. 

S’il y a un sujet qui est clair dans ce dossier, c’est que rien ne l’est du côté de la mairie et des institutions, qui profitent du fait de ne pas avoir d’interlocuteur. Nous faisons appel à vous afin que cela change. Soyons tous cet interlocuteur.

Parce que si d’un parking géant, nous avons su faire un endroit unique, on peut se permettre de viser la lune avec une belle place, neuve et adaptée.

La Nuit Magazine

10 Réponses à “MANIFESTE DE LA PLAINE”

  1. J’ai vécu 13 ans dans ce quartier que j’ai apprécié. On peut l’améliorer mais pas nécessairement avec des investissements coûteux. Avoir un service de nettoyage performant est nécessaire étant donné la fréquentation. Le marché peut être amélioré en ciblant mieux les commerçants. Ce n’est pas un vrai marché : trop de vêtements. Il faut plus de produits frais. L’aire de jeux est à nettoyer et les crottes de chiens pourraient disparaître s’il y avait un espace sablé entretenu . Les caméras installées dans le quartier ne sont elles là que pour verbaliser les automobilistes ? Et les incivilités ?
    Il ne faut pas refaire ce qui a été fait sur la Canebiere qui est une catastrophe : l’aménagement de l’espace et la basse qualité des revêtements du sol sont honteux. Nous avons dû les payer le prix fort et c’est nul.

  2. Meme s’ils font des rénovations ça ne pourra pas étre pire!Quand j’étais ado j’aimais ce quartier ,mais après avoir été agressé moult fois ,constatant les conditions de notre ville sont déplorables entre la merde sur les trottoirs et les  » incivilités »,NON je n’aime plus ce quartier de bobos et clodos ,ou y’a plein de gens bourrés qui m’importunent et des dealers de mauvaise fois;sans compter les jours de marché qui sont de vrais dépotoirs …allez militer pour de vraies causes ..vous trouvez ça normal que les handicapés peuvent circuler seulement au centre commercial de la Valentine à Marseille car le reste n est pas adapté?au moins,ils ne pourront jamais voir les horreurs de la Plaine.

    • La Nuit Magazine

      Bonjour Mag,
      Dans cet article, il est question du festival « La Plaine Indépendant! » qui se tiendra ce samedi 13 février à l’Espace Julien et non pas du carnaval.
      Bonne journée,
      La Nuit Magazine

  3. Je viens d’y déménager. Grâce à la diversité je me suis fait arracher mon sac et délester de ma carte bleue en novembre et mon fils qui sortait du travail la nuit agressé par la diversité potable et 200 euros. Alors basta !

  4. Je parle bien de la place Jean Jaurès dite « la Plaine ». J’avais entendu le maire de l’arrondissement dire dans son discours d’investiture aux municipales que sa priorité serait la réfection de la Plaine. Depuis…plus rien… Parlez lui en. Il y a des trous partout, quand on va au marché il faut faire attention où l’on marche. Attention aussi aux distributeurs d’argent ! C’est le royaume de la racaille,la Plaine. Tous les honnêtes gens déménagent ainsi que les commerçants de la rue saint Michel et Fontange remplaces peu a peu par de l alimentaire. Même la torefaction Noaille à disparu du jour au lendemain pour…encore un marchand de légumes. J’ai fini par détester mon quartier. Bon courage !

  5. Bonjour ! Je viens de prendre connaissance de cet article. Des questions naïves : J’avoue avoir entendu parler d’un « réaménagement » du quartier mais je n’ai pas trouvé (ni cherché) plus d’infos que ça. Existe-t-il un collectif des habitants de la Plaine ? Avez-vous reçu des suggestions pour l’amélioration de la place ? (Je vois que cet article date un peu, vous deviez faire part un mois plus tard de la somme des propositions que vous auriez reçues aux habitants et pour ma part je n’ai rien reçu…). Existe-t-il des actions concrètes comme des rencontres-discussion, des contacts avec les politiques, des happenings …? Je suis aussi étonnée du ton de certains messages. Certaines personnes semblent ne pas supporter ce quartier mais ce qu’ils en disent (population, insécurité, saleté) n’est vraiment pas propre au quartier… Signé : une personne « honnête » qui se sent à merveille dans ce quartier et qui espère qu’il restera le plus métissé possible humainement et socialement. Que vive la mixité !!!

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>