MARABOUTAGE, LE COLLECTIF QUI T’ENVOÛTE SUR LES DANCEFLOORS

Après avoir investi le bar des Pêcheurs / LDN VII durant l’été, Maraboutage déboule le 21 décembre dans son nouvel antre, le Club Boubou. 200m2 où le collectif fera vibrer ses galettes au rythme de la culture africaine. Entre danse vaudou et sonorités tribales, l’ensoleillement nocturne est garanti.

« Grand voyant médium résout tous vos problèmes : réussite au travail ou aux examens, impuissance sexuelle, chance aux jeux, succès, protection contre les ennemis, complexe physique, retour de l’être aimé« . Ils s’appellent professeur Moussa, monsieur Kéta ou maître Moukar et promettent mondes et merveilles. Avec leur mise en page désuète, leur typographie bariolée et leur texte abracadabrantesque, impossible de passer à côté. Ces prospectus de marabouts d’Afrique sont partout : dans les boîtes aux lettres, sur les pares-brises des voitures et à même le sol. Ils ont fini par inspirer un collectif marseillais, Maraboutage. Depuis le mois de juin, Géo, Ben, Marc, Cyril et Denis Shain détournent les codes de cette culture dans des apéros un jeudi sur deux au bar des Pêcheurs / LDN VII. En grands spécialistes de l’afrobeat, de l’hypnotic voodoo et du boogiee boubou, ils y invitent d’illustres professeurs chargés d’ensorceler leur public à coups de basses : Judaah de Brother From Different Mother, Ketu Records, M. Oat du Coton Club, Solarism ou encore Analog Africa. « Pendant longtemps, j’étais à fond dans la techno et la house. Aujourd’hui, y a tellement de hype autour de ce genre de musique que ça m’a dégoûté. L’underground est devenu un supermarché. Je me suis donc intéressé à d’autres musiques et je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup de lieux à Marseille où on pouvait écouter de la musique ésotérique. C’est à partir de ce postulat-là que le projet s’est monté », raconte Géo, l’un des prêcheurs-fondateurs de Maraboutage.

© Photos : Swann Fourmanoy Stylisme : Marcella Dhal

Pour le nom, tout est parti de Ben et de sa magopinaciophilie, soit la collection des publicités de marabouts. « C’est un ami qui m’a transmis le virus il y a quelques années. Aujourd’hui, j’en possède entre 200 et 300. Dès que j’en trouve un nouveau, je suis content. C’est comme un totem que tu remportes chez toi« , explique-t-il. Le problème c’est que certaines personnes ont cru avoir affaire à de vrais marabouts. « On a reçu des messages chelous sur notre page Facebook : des ados qui voulaient avoir des relations sexuelles, des marabouts qui offraient leur bénédiction, d’autres qui partageaient leurs recettes. Au début ça nous faisait marrer, mais quand on a reçu un message d’un gars en Centrafrique qui voulait vendre son âme, on a décidé d’enlever la mention scientifique sur notre page. On ne veut surtout pas offenser cette culture« , relate Géo. S’il rencontrait un véritable marabout, Géo lui demanderait de faire en sorte qu’on devienne tous noirs. « Ce serait beaucoup plus facile pour tout le monde, et puis ça ferait chier certaines personnes, et ça ce serait drôle« . Ben quant à lui, demanderait une potion pour gagner au loto ou à l’Euromillion.

© Photos : Swann Fourmanoy Stylisme : Marcella Dhal

Le 21 décembre, Maraboutage organise son dernier apéro de la saison au Bar des Pêcheurs / LDN VII, et ce afin de mieux débouler au sein de son nouvel antre secret, le Club Boubou. Un lieu de 200m2 où durant tout l’hiver, le collectif viendra faire vibrer ses galettes noires un vendredi par mois. « Au Bar des Pêcheurs, les gens ne viennent pas forcément pour nous. Avec le Club Boubou, on veut voir quel impact on peut avoir. Ce sera aussi un moyen pour nous de nous ouvrir musicalement avec du dancehall, du reggae, de l’afro-house etc ». Côté décoration, Maraboutage compte bien encore une fois rendre hommage à toute cette culture qui l’inspire. « On essaye à chaque fois d’avoir une scénographie originale avec des plantes, des tissus et des lumières. Mais pas plus. On veut pas rentrer dans quelque chose de trop lourd, et on veut surtout rien s’approprier. On veut juste propager nos trouvailles avec le plus de respect possible », confie GéoPour découvrir ce nouveau temple voodoo de minuit à 6h, trois solutions s’offrent à toi : tu peux envoyer un mail à boogieboubou@gmail.com, aller à la première partie de soirée au Bar des Pêcheurs ou récupérer ton invit aux Jardins D’Hiver. Succès garantis et paiement avant résultats.

Informations :
Maraboutage
Club Boubou, lieu secret
Les Pêcheurs / LDN VII,  43 Quai de Rive Neuve, 13007 Marseille

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>