MARSATAC 2017, LES PREMIERS NOMS : DU LOURD ET DU SAFE

Deux jours plutôt que trois, une progra toujours entre hip-hop et électronique qui comporte quelques grosses bombes, les premiers noms de Marsatac sont révélés aujourd’hui. Le festival marseillais prend quelques risques cette année, la programmation suit-elle ?

L’attente a été moins longue que d’habitude, et pour cause, cette année Marsatac devient un festival d’été qui aura lieu au Parc Chanot. Ces deux annonces avaient fait sourciller, ce à quoi on nous avait tranquillement répondu que c’était compréhensible, mais que c’était dans le but de faire passer un cap au festival. Pas étonnant donc de constater la présence de gros noms, qu’il aurait été compliqué de faire venir au mois de septembre. Petit bilan de ce qui a été annoncé :

Fonky Family : Si les gros noms se suivent dans cette liste, une chose est claire : la plus grosse bombe de cette annonce est là. La FF se reforme exclusivement pour Marsatac, et on en tremble déjà d’excitation quand on sait ce que leur dernière date, dans un tout autre contexte, avait su faire au public de l’Espace Julien. Il y a quelques mois, on avait du mal à se projeter dans le hangar du Parc Chanot, mais là, on entend déjà le refrain d’Art de Rue résonner et être repris par la foule.

De La Soul : Le trio américain est de retour après un passage à Marsatac en 2008, et représente à la fois un groupe de qualité sur la scène actuelle, mais aussi des anciens, dont les classiques sont connus et reconnus. Une carte extrêmement qualitative, mais finalement pas trop surprenante.

Vald : Il attirera surement un gros public, vu les chiffres de son nouvel album. De notre côté, après l’avoir interviewé, on ne sait toujours pas si c’est un mec qui n’a vraiment pas les pieds sur terre, ou un gars tellement malin qu’il joue les imbéciles heureux. En live, quoi en penser ? On ne sait honnêtement pas.

Birdy Nam Nam : Ça commence à faire un moment que les DJs parisiens font le pont entre le hip-hop et l’électronique, en bougeant entre les lignes et les platines, parfait donc pour Marsatac. Un bon groupe, que tu as peut-être déjà vu, mais qui cherche indéniablement toujours la nouveauté, jusqu’à complètement transformer leur classique « Abesses » à chaque tournée. Encore un nom de bonne qualité, mais qui ne fera bondir personne de surprise.

Nicolas Jaar : On en vient à l’électronique pure et dure. T’as déjà sûrement rêvé de le voir si tu n’en as jamais eu l’occasion, et le mariage entre le son du New Yorkais et l’univers de Marsatac risque de matcher aussi bien que la cacahuète et le chocolat du M&M’s. On ne s’amusera pas à le présenter, on salue juste le bel effort, on espère un live.

Dubfire : De la Techno qui frappe, dans la continuité de ce que le festival propose depuis deux ans. Un gros nom qui n’a plus mis les pieds à Marseille depuis quelques années et qu’on a déjà vu lors des gros rassemblements au Dock des Suds. Un vrai amoureux du dancefloor mais sans doute pas le plus attendu.

Die Antwoord : Le nom avait déjà circulé en janvier, mais il fait aussi partie de la shortlist annoncée aujourd’hui. Groupe de rap alternatif, il fait également le pont entre les mondes électroniques et rap, sans jamais faire le grand écart. On a hâte de les découvrir sur scène!

En bref : une belle annonce, de grosses annonces. Marsatac frappe un grand coup avec le retour exclusif de la Fonky Family pour le festival. Pour le reste, la programmation est belle, voire très belle, et parcourt toute l’identité de Marsatac, avec pour exception notable une absence du rock, que l’on n’espère pas définitive. Avec un festival contracté sur deux jours et des ambitions revues considérablement à la hausse, on espère toutefois que Marsatac a encore de grosses surprises en réserve. 

 

Une Réponse à “MARSATAC 2017, LES PREMIERS NOMS : DU LOURD ET DU SAFE”

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>