MARSEILLE DE NOUVEAU CAPITALE?

L’an prochain Marseille sera la capitale européenne du sport. Entre une communication inexistante et des chantiers au compte goutte, on peut se demander si la vile sera prête pour l’événement malgré l’optimisme de la mairie.

À un an du lancement de l’événement, qui sait que Marseille sera capitale européenne du sport en 2017 ? Sûrement ceux qui se souviennent de la campagne pour les municipales parce que depuis, il faut l’avouer, on n’en entend plus trop parler. Et pour cause : les promesses de la mairie seront difficilement réalisables et la programmation ne fait pour l’instant pas vraiment rêver. Le Championnat du monde masculin de squash, une étape du Tour de France ou la Finale de la Coupe du Monde de patinage… pas vraiment de quoi attirer des millions de fans en folie. Ni de quoi satisfaire la majorité des marseillais pour qui les rois sont encore le foot, la boxe et la natation. « La programmation des événements sportifs n’est pas encore terminée, se défend Richard Miron délégué aux sports de la ville, on devrait par exemple accueillir le championnat de France de tennis de table ou des rencontres de l’équipe de France de rugby, entre autres.« 

Quant aux promesses faites sur le site officiel de l’événement, elles semblent aujourd’hui plus qu’utopiques. Nos élus paraissent optimistes sur le fait de boucler en moins d’un an les chantiers des pôles aquatiques de Malpassé (fermée), Luminy (fermée) et Euroméditerranée (en projet). Même sans parler du timing, parlons économie : ces deux derniers projets pourraient à eux seuls coûter entre 35 et 45 millions d’euros. Sans détour, le chargé du sport explique : « Le dernier conseil municipal a validé l’appel à projet pour ces travaux, maintenant on attend une entreprise qui en avancera le financement… mais si personne n’est intéressé ils ne verront pas le jour. » Certaines choses ont malgré tout déjà été faites dans les structures de proximité comme la remise à neuf du stade du Merlan ou la rénovation de la piscine Vallier… et la re-rénovation de la piscine Vallier une semaine après son ouverture puisque les égouts se sont déversés dans les bassins à la première pluie.

En 2013 Anvers, la capitale européenne du sport de l’époque, avait investi moins de 10 millions sur l’année. On a donc cherché à savoir combien Marseille a obtenu d’aide pour financer ce grand événement. « Contrairement à ce que l’on peut croire nous n’avons reçu aucune subvention grâce à ce label, martèle Richard Miron, nous proposerons environ 500 événements et projets qui seront subventionnés individuellement si la décision est prise. » Mais pour lui l’objectif principal n’est pas là : « MP Sport ce n’est pas juste mettre un short et transpirer, nous voulons créer une nouvelle dynamique. Cet événement va servir de vitrine pour l’extérieur mais surtout pour les marseillais. On veut améliorer leur santé et l’hygiène de vie en véhiculant les valeurs du sports et des loisirs. » Pour ça la ville s’est fixée le but de passer de 200.000 sportifs pratiquants à 300.000 grâce notamment à des coupons « Ma première licence » et un « Passeport du bénévole » dont les modalités ne sont pas encore définitivement fixées. Réponse encore une fois sans langue de bois : « Ce n’est qu’un chiffre, un objectif. Si on y arrive on y arrive et c’est tant mieux mais il n’y a pas de médaille à remporter, si on n’y arrive pas tant pis.« 

Cette fois la mairie a fait attention à ne pas tomber dans le même piège que pour MP 2013 dont le fantôme hante encore visiblement les couloirs : « Ce sont deux choses totalement différentes ! Pour commencer ça coûtera beaucoup, beaucoup, beaucoup, […], beaucoup, beaucoup moins cher ! » Appuie subtilement le délégué aux sports. « On a déjà des gens qui sont payés pour faire ce boulot alors on ne passera pas par une association intermédiaire. » Oui parce qu’en 2013 la ville a beaucoup puisé en dehors de Marseille pour venir nous expliquer ce qu’est la culture, et a dépassé de plus de 3 millions d’euros le budget prévu. La chambre régionale des comptes avait d’ailleurs noté « certaines irrégularités » dans les chiffres.

Pour l’heure, le bilan reste inquiétant : si cet événement pourrait mettre en avant la ville sous un de ses meilleurs jours, le flou reste total tant les projets sont encore au stade de projets, à quelques mois du lancement.

Gaêtan Landes

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>