LE MOLOTOV : LA SALLE DE CONCERT SUR LA SELLETTE

Dimanche soir lorsque tu étais surement affalé dans ton lit en train de récupérer de ton week-end, le Molotov postait sur sa page Facebook une pétition contre la fermeture de ses portes. WTF ? Autrefois connue sous le nom du Balthazar, cette salle de concert emblématique du Cours Julien vient d’être mise sur la sellette par la préfecture de police. Un énième rebondissement dans l’histoire des fermetures administratives pour l’intégralité de la  ville avec comme problème récurrent un manque de communication de la part des institutions. Alors c’est quoi le problème ? Après l’annonce la semaine dernière de MP18, un événement pour mettre au premier plan la culture dans la ville, on peut se demander où les habitants vont pouvoir profiter d’événements culturels ? Le problème vient sans doute d’une divergence d’opinion sur la définition à donner au mot “culture”: loto, bingo et casino peut-être ?

Dimanche la nouvelle tombait : le Molotov est menacé d’une plausible fermeture administrative par la préfecture de Police. Les motifs ? Trop de bruit audible de la voie publique à l’ouverture des portes du Molotov. Normal quand t’ouvres les portes d’une salle de concert, mais encore ? “Ces nuisances sonores étaient accentuées par l’attitude bruyante d’une cinquantaine de clients installée à l’extérieur” d’après le courrier de la préfecture reçu par Fab Chabord, gérant du Molotov.

Ce soir là 80 personnes étaient présentes dans la salle de concert pour assister à une fanfare solidaire en acoustique, ce qui veut dire qu’aucun branchement n’était relié à l’ampli. Et même si c’était le cas, Fab possède une autorisation de musique amplifiée ainsi qu’une étude d’impact sonore positive pour son lieu, donc on ne voit toujours pas le problème. Ah oui peut-être le fait que cinquante personnes foutaient bordel devant la salle de concert. Fab se défend : “Les 50 personnes présentes sur la place n’était pas tous des clients ce soir là. C’est une place qui bouge il y a plein de bars et de commerces autour”. Fab n’a pas tort car si tu es du quartier tu dois savoir que la place Paul Cézanne se retrouve rarement déserte un samedi soir. Et bim.

Ce qui est encore plus surprenant c’est que ce même soir la police est venue contrôler les lieux. “ Tout s’est très bien passé, c’était un simple contrôle de papiers, tout était en règle. Les flics sont repartis sans rien nous signaler”. Alors surprise surprise quand Fab à ouvert son courrier ce samedi.

Pour lire cette lettre, c’est par ici.

900 concerts au compteur et rien à signaler

En 4 ans, après 900 concerts, le gérant n’a jamais eu de contentieux, ni avec ses voisins ni avec la police. “C’est la première fois qu’on a un soucis. Pourtant des contrôles de police on en a eu et des bien plus chauds que ça ” nous confie-t-il.

Pour défendre sa cause Fab a mis en ligne dimanche soir une pétition pour faire face à cette menace. Depuis, plus de 5 000 signatures ont été recueillies, “ à ma grande surprise” nous dit-il. Le plus drôle mais surtout le plus paradoxal dans cette histoire c’est que, ce qui semblerait être des voisins du Molotov défendent avec ferveur la non fermeture de la salle de concert.

Pour Fab aujourd’hui les raisons invoquées restent vagues : “On est dans le flou on ne sait pas encore ce qu’il va se passer. Les motifs sont futiles, on respecte la loi je ne comprends pas”.

Alors c’est quoi le problème au juste, pourquoi le quartier de la Plaine se voit-il une nouvelle fois menacé d’une éventuelle amputation festive ? La situation reste désespérément la même, que lorsque en avril dernier, nous avions enquêté sur la question et découvert le manque total de communication des institutions qui ferment.

Nous avons contacté la préfecture de police pour en connaître davantage sur les raisons de cette éventuelle fermeture, mais le préfet ne souhaite pas communiquer tant qu’une décision formelle n’aura pas été prise.

Est-ce devenu une habitude de vouloir baisser le rideau des lieux culturels à Marseille ?

Gari Grèu chanteur de Massilia et Oaï Star est scandalisé par la nouvelle. “Je ressens à la fois un sentiment de colère et d’abattement mais je ne suis pas du tout surpris. Marseille est une fausse ville d’un million d’habitants, même à Chartres il y a beaucoup plus de lieux comme le Molotov”. Et le Molotov Gari l’estime, pour lui “c’est un lieu qui brasse toutes les musiques, le seul endroit à Marseille où tu peux jouer.” “Vivant, libre et incontournable” sont les trois adjectifs qui pour lui définissent le mieux cette salle de concert.

Concernant toutes les fermetures administratives dans la ville, Gari pense “que c’est inéluctable à Marseille au vu de nos politiques”. Lui qui a connu un Marseille merveilleux, de tous les possibles où le hip-hop se réinventait, aujourd’hui “Marseille est aseptisée”. Le chanteur de Massilia est complètement dépité. “Si le Molotov ferme, je me casse de la ville”.

MP 18 : ça tombe plutôt mal

En parlant culture, La Provence annonçait la semaine dernière une nouvelle saison de “capitale” de la culture pour Marseille portée par de gros acteurs culturels institutionnels. Pour l’instant le projet n’annonce encore rien de concret, mais tu peux en savoir plus via cet article. Une annonce paradoxale qui tombe plutôt mal quand on apprend que le Molotov est mis en difficulté.

Lorsque ce projet arrive aux oreilles de Fab celui-ci s’offusque “ Comment peut-on oser appeler ça capitale de la culture en faisant fermer les lieux culturels ? Il n’y aucune logique. Tout le monde se bouge pour faire vivre Marseille mais on est vraiment pas aidé par les pouvoirs publics”. Pas faux.

Photo de couverture – © Edouard Hartigan

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>