ON S’EST RÉVEILLÉ UN DIMANCHE À 7H POUR PICOLER

À l’occasion du troisième opus des all-day-long-parties d’Ô-Galop et d’un anniversaire, nous avons choisi de sacrifier notre samedi soir sur l’autel d’une beuverie dominicale sportive et matinale. Le réveil qui sonne à 7 heures le septième jour de la semaine c’est compliqué, tout comme commencer la 8.6 à 8 heures – pourtant, aucun membre de l’équipe n’était en retard.
 Après une tournée de bières fortes, une autre de bières moins fortes puis encore une autre et une bouteille de mousseux, il est 9h, nous sommes devant le Dock des Suds et l’équipe compte déjà 3 vomis au compteur. Boire de la bière de caractère avant midi demande une profonde motivation, passé le choc des premières gorgées il faut se faire au choc des suivantes et ce n’est qu’après avoir entièrement vidé le demi litre de jus de schlag que nous avons sereinement ouvert les canettes suivantes.

Sur place, nous sommes arrivés à l’heure où les plus vaillants de la veille commencent à regretter d’être loin de leur lit et terminent leur after, nous avons acheté du poppers étiqueté Ô-Galop en vente à l’entrée et avons trouvé l’équivalent de 20€ en billets de 5€ qui trainaient par terre. Nous étions déjà complètement saouls, la journée commençait bien. Le poppers a été marrant tout au long de la matinée et une partie du début de l’après-midi.

Le Dock des Suds était divisé en deux, une salle intérieure pour faire la guerre, à base de Techno lourde et martiale et une scène extérieure beaucoup plus groovy et atmosphérique pilotée par le collectif Extend & Play. Alternant entre les deux scènes, nous sommes restés scotchés par le set de Life Recorder tout en ingérant une quantité inhumaine d’alcool. Le pastis à 3€ a vraiment fait le taf, surtout grâce aux verres consignés qui trainaient un peu partout et qui permettaient d’avoir de belles réductions au bar presque sans effort. D’ailleurs à un moment de la journée, l’un d’entre nous s’est retrouvé avec 0€ dans les poches et a selon ses dires, rapidement renfloué ses caisses.

Le reste du dimanche s’est déroulé à danser presque sans interruption, et à regarder des jolies filles en TN, chaussures compensées, pull FILA et autres absurdités vestimentaires revenues à la mode on ne sait trop comment.
 Des gens pieds nus sur le dancefloor, personne ne tirant la tronche, des shorts, tee-shirt et jupes, la sécu invisible et même des mecs se tenant la nouille devant les urinoirs tout en étant incapables de pisser; pas de doute ce dimanche puait les beaux jours et les bonnes vibes.

Aucune ombre au tableau de cette journée, et aucun nuage dans le ciel, nous sommes rentrés en se disant qu’une mensuelle de ce genre ne serait vraiment pas de trop.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>