INTERVIEW: ONE AGAIN CLUB

À l’occasion de l’ouverture du One Again Club, qui s’annonce comme un nouveau lieu d’éclectisme non dénué de propositions musicales pointues et à l’avant-garde, nous avons pu nous entretenir avec le collectif « Rough Dandies » qui s’est vu attribuer la direction artistique du lieu.

LNM: Qu’est-ce que le « One Again » ? Et pourquoi ce sobriquet ?

Rough Dandies: Le One Again est né d’une collaboration amicale et sans prétention d’une bande de potes marseillais (deux promoteurs de soirées et deux dj’s) amoureux de tribulations nocturnes à qui l’on a proposé de reprendre un des plus vieux club de Marseille.

Pourquoi One Again? A la wanegen quoi! On aime bien l’energie et la bonne humeur que ça dégage et puis c’est quand même marrant, non ?

LNM: Pouvez-vous nous parler de l’histoire de ce club ?

RD: Ex BellaDonna et La Plage / dancing très célèbre dans les années 70-80 mais qui a connu une grosse période creuse depuis quelques années. À l’époque c’était dément, il y avait un orchestre de 20 musiciens, on a retrouvé des photos, rien qu’a leur look tu sens que ça devait être la folie : chemises rouges échancrées, pantalons patte d’eph’ blanc et le brushing qui va bien … C’est ce qui nous a plu, récupérer une âme, une histoire et pouvoir faire revivre un lieu où déjà tant ont passé de bons moments.

LNM: Votre collectif a déjà fait venir de grands noms au Mystik, qu’elle ligne comptez-vous défendre avec le One Again ?

RD: En fait le projet du One Again vient en partie de la réussite des deux « Rough Dandies Parties » au Mystik et du très bon contact que l’on a pu avoir avec les artistes invités ou le public présent pour nous soutenir dans cette onéreuse initiative.

Lorsque l’on a eu l’opportunité de récupérer la D.A. de ce club en plein 8éme on ne s’est pas posé longtemps la question, malgré les mètres carrés de peinture turquoise à recouvrir et le peu de temps dont nous avons disposé pour boucler le nouveau projet et les travaux de décoration qui s’imposaient.

Marseille manque cruellement de choix lorsque ferment les bars et il y a réellement peu d’alternatives musicales pour le public que les lieux habituels, qui, s’ils font néanmoins du bon boulot dans leurs domaines respectifs, bénéficient d’un monopole assez frustrant au regard d’autres villes d’Europe.

Le One Again ne s’inscrira donc pas uniquement dans une programmation musicale électronique et « pointue »  il sera mis à la disposition des organisateurs friands de lieux à grande capacité de réception ou tout simplement à ceux désireux de changer un peu leurs habitudes.

On pourra donc écouter de tous les genres sur l’espace d’une semaine au One Again, à vous de vous tenir au courant de la programmation.

Le Vendredi nous serons dans un registre musique electronique plutôt pointu : Les « Rough Dandies Parties » continueront à raison d’un à deux vendredis par mois avec du gros booking et nos Djs résidents d’AfroWhite Records se chargeront d’assurer les vendredis qu’il reste avec  des jeunes talents et des artistes locaux qu’on entend trop peu souvent.

Le samedi la programmation sera plus éclectique et plus large.

LNM: Au niveau équipement et infrastructure, qu’est-ce que propose le One Again ?

RD: Pour le son nous sommes en  partenariat avec Fiesta Events ça sera donc du ….. Funktion One !!

Niveau aménagement, le Club a une topographie optimale, une scène centrale pas trop haute de manière à garder les artistes près du public, des espaces bien répartis, un coin fumeur, bref un bon vieux club à l’ancienne sans fioriture. Pour la déco nous nous sommes pas mal inspirés de nos voyages et de nos nuits blanches à l’étranger. Certains d’entre nous ont vécu à Londres, ont rodé en Scandinavie, ont étrillé les clubs allemands… Les sources d’inspirations sont nombreuses et nous essaierons de changer d’atmosphère assez souvent. Mais nous ne rentrerons pas dans les détails, gardons un peu de mystère…

Concernant les moyens d’accès, il y a un immense parking juste de l’autre coté de la rue, des bus de nuit qui passent devant le Club et la station de métro du Rond Point du Prado qui n’est pas si loin à pied ou en vélib’.

LNM: Comment voyez-vous l’avenir du club ?

RD: Dur a dire pour le moment, surtout à Marseille ou rien ne fonctionne comme ailleurs, pour l’instant on s’amuse en espérant qu’en cette année 2013 si spéciale pour Marseille la musique électronique sera mise elle aussi à l’honneur. C’est un réel plaisir de pouvoir apporter notre pierre à l’édifice.

LNM: On vous laisse le mot de la fin ! Donnez-nous envie de venir vous voir !

Ju : « Et vas-y cousine viens guincher au One Again !! »

RD: Non, plus sérieusement, on est jeune, on aime la musique, la fête, le mélange, la découverte, on essaye de faire bouger notre ville, on vous promet des bookings de qualité, des gros Dj’s, des ambiances un peu folles, un peu décallées où l’on vient se lacher et rire entre amis …

Un peu de nouveauté et de fraicheur ça ne peut pas faire de mal!

Nous espérons que les marseillaises et les marseillais nous soutiendront dans cette aventure !!

▬▬▬▬▬▬▬▬▬

ONE AGAIN SUR INTERNET
ONE AGAIN SUR FACEBOOK

▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>