PRIVATISATION DU PARC VALMER : L’INDIGNATION TOTALE

Le Parc Valmer c’est une vue panoramique sur la mer. C’est aussi un lieu de vie et de jeux où nombreuses sont les personnes qui viennent s’y reposer et prendre quelques clichés. Désolé mais je vais un peu casser l’ambiance. La ville de Marseille a lancé il y a quelques semaines un appel à projet pour privatiser une partie boisée de l’espace public mais également pour transformer la bastide en un hôtel de luxe. Un projet qui ne fait pas l’unanimité chez les marseillais. Pour comprendre ce nouveau merdier, nous nous sommes entretenus avec Hervé Menchon, co-animateur chez LES SENTINELLES et auteur de la pétition “Non à la privatisation du jardin public Valmer”.

Minute culture : le jardin Valmer c’est un parc public qui surplombe la Corniche avec une vue à 360°. De ce point culminant, tu peux apercevoir les petits fous qui se jettent (et se mangent) des rochers du Petit Nice mais également les Îles du Frioul. En contrebas: des jeux pour enfants, là où tu mets ton neveu toute une aprèm pour qu’il te foute la paix. Dans le jardin c’est ambiance tropique avec une végétation abondante et des palmiers. Et le ponpon c’est que tu trouves au milieu de tout ça une belle bastide de trois étages datant du XIXème siècle. Beau tableau non ? Et bien la ville de Marseille a décidé d’y ajouter sa touche perso en lançant un appel à projet pour privatiser cette belle image que je viens de te conter. Bon rassure-toi, tu pourras toujours mettre ton neveu aux jeux, car c’est la seule chose qui a priori ne devrait pas bouger.

Afin d’apaiser les tensions, Dominique Vlasto, adjointe au maire chargée du tourisme a déclaré à La Provence que seule “la partie boisée à gauche devant l’hôtel sera privatisée pour y faire un parking”. Cette partie justement c’est la plus jolie du parc, celle où tu peux te poser tranquille avec ta copine, dormir, lire un livre et pister les mariés qui viennent s’y faire photographier. “Mais pour la mairie, la partie haute du parc n’est pas un jardin public” nous confie Hervé Menchon, seule la partie en pente et un petit coin avec deux bancs le sont. C’est déjà un peu moins fun pour venir roupiller.

Pas contents pas contents pas contents !

Après cette annonce, Hervé Menchon s’est immédiatement rendu sur place pour filmer entièrement la partie que souhaite privatiser la ville, soit 4 000m² d’espace public dont environ 2 500 m² d’espace boisé. “Il y a une réelle urgence on ne peut pas supprimer autant d’espace public” déclare t-il. Résultat de ce post, plus de 10 000 vues,  232 partages, 130 likes et une vingtaine de commentaires.

Face à cette indignation collective, le conseiller d’arrondissement EELV (Europe Ecologie Les Verts) n’a pas attendu plus longtemps pour lancer une pétition sur le net : “Non à la privatisation du jardin public Valmer » qui réunit à ce jour 11 470 signatures. Tu captes un peu le nombre de personnes pas contentes.

« C’est choquant d’un point du vue éthique car l’appel à projet ne parle pas de la privatisation de l’espace public »

Un appel à projet évasif

L’appel à projet publié sur le site Logement & Urbanisme de la ville de Marseille reste assez ambigu. Il énonce la “mise en valeur de la Villa Valmer et du bâtiment contemporain attenant”. La ville “souhaite un projet innovant, permettant de développer son attractivité et son rayonnement. Il s’agira de proposer des idées novatrices en respectant la qualité historique, patrimoniale, paysagère et emblématique du site”. Elle est où la privatisation dans tout ça ? Est-ce qu’on essaierait pas de nous la faire à l’envers ? Hervé Menchon réagit “ C’est choquant d’un point du vue éthique car l’appel à projet ne parle pas de la privatisation de l’espace public”.

Mais ce n’est pas la seule chose qui scandalise le conseiller d’arrondissement EELV . Ce qui me choque davantage c’est que Mme Vlasto dit que c’est un hôtelier marseillais qui lui aurait suggéré l’idée de faire un hôtel pour sauver la bastide. Ca veut dire quoi ça ? Qu’on peut tapoter l’épaule d’un élu et lui demander ce qu’on veut ?

Troisième élément qui dérange, mais pas seulement Hervé Menchon, c’est qu’il n’y ait eu aucune concertation préalable à cet appel à projet. “On ne demande pas l’avis des habitants, on fait les choses derrière leur dos. Il ne faut pas s’étonner après si les marseillais ont une mauvaise image de la politique de la ville et ne vont plus voter”.

Les conséquences de cette privatisation

Comme on te le disait, le jardin Valmer est apprécié pour son charme et sa tranquillité. Selon Hervé Menchon, en y installant un hôtel « le parc serait investi de voitures et de taxis qui amèneraient un flux incessant d’allers et venues ». Dangereux pour les familles qui continueraient à fréquenter le parc, souvent accompagnées de leurs bambins.

« L’usage du parc se ferait également en dehors des horaires d’ouverture et pourrait causer des nuisances sonores pour les riverains. La vocation du parc est d’être calme. Là ce serait tout le contraire” affirme Hervé Menchon.

Face à cette indignation la mairie évite toute discussion frontale. Tout se fait par médias interposés. Hervé Menchon est agacé par les propos qu’il peut voir dans les médias “ Ils jouent sur les mots, c’est une façon de nous prendre pour des cons”.

Round 1 : Hervé vainqueur

Grâce au nombre de signatures récoltées sur la pétition, la date de l’appel à projet a été repoussée de décembre 2016 à février 2017. Une première bataille de gagnée “mais pas la fin du combat” ajoute Hervé Menchon.

Ce militant est déterminé à aller au bout de ses idées car selon lui “on ne peut pas démarrer un appel à projet sous forme de copinage”. Anguille sous roche ? Peut être, car l’adjointe au développement durable Monique Cordier ne s’est pas encore exprimée sur le sujet. Bizarre pour un débat qui concerne sa délégation. Pour l’heure, Hervé Menchon n’hésitera pas à aller en justice s’il trouve la moindre faille à ce projet qui fait tant hurler les marseillais.

Parce que des espaces verts il n’y en a pas tant que ça dans la ville, et ce sont souvent les premières cibles de nouvelles constructions ici à Marseille. Ce débat nous rappel d’ailleurs le projet de construction d’un parking au Palais Longchamp avec la destruction de 3 500 m² de jardin. Un projet qui avait également fait hurler les marseillais (notre article). Alors pourquoi toujours faire passer les intérêts privés avant la qualité de vie des habitants de la ville ? 

4 Réponses à “PRIVATISATION DU PARC VALMER : L’INDIGNATION TOTALE”

  1. Il ne falait pas voter pour JC Gaudin et encore moins s’abstenir d’aller voter. Il a endetté la ville de Marseille comme personne avant lui et la priorité des priorités était de le faire partir de la marie en élisant n’importe quel autre candidat à sa place Il semble que les Marseillais ne l’aient pas compris. Le vote ce n’est pas un plébiscite cela peut être aussi une sanction !

  2. Claude Noble

    Après l’adoption des PADD, des SCOTS, des AGENDAS 21, du Grenelle de l’Environnement, de la COP21 … on continue à vouloir détruire le patrimoine végétal public, rare dans ce secteur à offrir aux parents avec leurs enfants la possibilité de se ressourcer dans un milieu naturel. Alors que scientifiques, médecins, climatologues prônent la réduction du trafic automobile et la protection des espaces verts, une fois de plus, on fait le contraire. On envisage le sacrifice de la SANTE, de la BIODIVERSITE faunistique et floristique, une touche supplémentaire si petite soit-elle, au DEREGLEMENT CLIMATIQUE pour des opérations financières qui ne bénéficieront pas aux plus démunis !

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>