MON RAP, PAR DJ DJEL

Chris Rock a dit : « J’aime le Rap, j’adore le Rap, mais le Rap aujourd’hui je n’arrive plus à le défendre ».
J’arrivais à défendre l’idée de « non soumis à l’état » ou celle qui disait « qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu » ou même celle qui criait « je ne serai jamais esclave de votre société ».
Mais aujourd’hui…

J’aime beaucoup ce qui se fait aujourd’hui, mais je n’arrive pas à le défendre comme avant.

J’ai envie de dire que notre art est devenu une machine. Une mécanique différente avec de très bons et des moins bons MCs, Beatmaker, DJs…

Il est peut-être devenu son propre esclave, comme un jeune révolutionnaire de 68 qui jetait des pavés et qui est devenu le pire des patrons, ou Castro qui serait devenu le meilleur ami de Trump…

C’est l’image globale que j’en ai, c’est bien sûr une généralité mais c’est ainsi.

De nos jours on peut faire ce que l’on veut comme on veux avec qui on veut. Le choix d’être underground ou commercial, comme nous avons dû le faire au début des années 90 n’existe plus. Parce que oui, quelque part, avant fallait choisir : tu vendais t’étais un vendu, tu vendais pas t’étais un vrai (je sais, ça peut faire rire). Et parole d’un jeune parmi les anciens, laissez moi vous dire que c’est une bonne chose que ça soit fini.

Oui, aujourd’hui on peut tout faire sans se prendre la tête et je trouve ça cool, par contre niveau créativité c’est pas le top dans les grandes sphères (et les petites aussi j’avoue).

Je regarde ça et je me dis qu’à la fois si j’avais eu 20 ans en 2016 peut-être que j’écouterais ce qui se fait. Ou peut-être que je porterais une New Era et une paire d’Air Force comme je l’ai fait. Qui sait?

L’évolution a son bon et son mauvais et cela depuis que je connais le rap. On crachait déjà sur Vanilla Ice et Kris Kross à l’époque.

Donc finalement : est-ce que ce n’est pas la même chose ? Est-ce que c’est la musique qui change ou les gens ? Peut-être que les genres changent, mais le fond lui reste le même : c’est bien du rap, c’est bien mon rap, c’est à dire quelqu’un d’énervé, de frustré, qui a envie de crier, qui a envie de s’expliquer ou de s’amuser, ou de faire de la merde aussi…

Quelqu’un comme vous et moi avec quelque chose en plus dans la tête (et des fois quelque chose en moins, je l’avoue). Des mots, des textes qui touchent leur époque. Une personne qui ouvre son monde aux autres, et ça, c’est pas facile.

On me demande souvent ce que je pense de la nouvelle génération (on me le demande tous les 5 ans quand même). La réponse est simple : la même chose que quand on demande à la nouvelle génération ce qu’ils pensent du Wu Tang, RUN DMC & Soul Swing.

Je crois que notre force est ensemble, je suis convaincu qu’elle l’a toujours été.

Je pense aussi que nous restons des musiciens à la recherche du meilleur sample, de la meilleure punchline, ou de la meilleure phase. N’oublions pas que nous finissons tous les uns derrière les autres, tous sous les mêmes formats VINYL, CD, MP3… La finalité est la même : essayer d’être le meilleur. Et le pire c’est que quelque part, on veut être le meilleur pour les autres…

Une sorte d’exutoire, de thérapie, une psychanalyse, ou une auto-médication quoi. Je ne pensais pas, il y a 20 ans que tout ça allait devenir ce que c’est aujourd’hui, mais je ne suis pas dégoûté de ce que c’est devenu. Je pense que ça va encore évoluer, qu’on sera encore étonné.

Et ce dont je suis sûr c’est que l’on continuera a bouger la tête sur des sons fat. Des sons qui nous parlent, à nous.

DJ DJEL est membre de la très célèbre Fonky Family. Il est beatmaker, producteur & fondateur de Dont Sleep Prod et du collectif Dont Sleep Dee Jayz, ainsi que de l’asso DONT SLEEP
Il mène désormais sa barque, entre projets solo mais toujours collaboratifs, et nombreuses actions culturelles et sociales.
Retrouvez son album Rendez-vous, en téléchargement sur bandcamp, ou encore sa mixtape gratuite de l’été 2016.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>