RENCONTRE AVEC LALAO RODIN, MUSICIEN MILLIARDAIRE

INTERVIEW VIDÉO:

Rencontre avec Lalao Rodin, musicien aux nombreuses légendes connu pour ses voltiges de guitare aux terrasses des restaurants du Cours Julien.

Ce sont les discussions de vieux poivrots au coin des bars sur le phénomène Lalao qui m’ont rendu curieux. Certains disent qu’il aurait vécu des mésaventures avec une maison de disque avant de sombrer en dépression, d’autres qu’il aurait été dépouillé par son producteur. Tout ça ma donné envie d’en savoir plus sur l’homme enchapeauté aux pantalons moulants.

Ma première rencontre avec lui s’est faite sur la passerelle du Cours Lieutaud une après-midi d’hiver. Accoudé sur le pont, il était en train de profiter d’une éclaircie pour prendre un bain de soleil. Il est resté sur ses gardes quand j’ai entamé la discussion mais m’a rapidement invité à l’hôtel où il loue une chambre à l’année pour une interview. Ma venue semblait étrange au concierge de l’hôtel en question qui m’a interdit de filmer l’intérieur des chambres. C’est donc dans le hall que j’ai attendu Lalao, sur un canapé poussiéreux, le regard plongé dans les détails d’une tapisserie désuète. La guitare sous le bras, Lalao est finalement descendu me rejoindre avant d’entamer ce qu’il sait faire de mieux depuis plus de 40 ans, de la musique.

Originaire de Madagascar, Lalao est arrivé à Marseille en 1973 et ne se destinait pas à la musique mais au football. C’est en regardant des vieux films avec des apparitions d’Elvis Presley que la musique a commencé à l’inspirer et qu’il s’est mis à la guitare et au chant. Quelques années plus tard, il fait la rencontre de l’un des artistes du mythique groupe The Platters qui l’invite à les accompagner sur scène lors d’une date à Marseille. Plus tard encore, un producteur néophyte basé à Belsunce lui propose un contrat de deux albums avec un groupe de 6 musiciens marseillais dont Zidine Darousi qui deviendra plus tard le bassiste de Cheb Khaled. Après un premier album, il préfère déchirer son contrat et continuer sa route seul, suite à des manquements professionnels de la part de son producteur. Aujourd’hui, il estime vivre comme un roi, une vie que même un milliardaire ne pourrait avoir.

06 - Lalao Rodin @ Hotel
06 – Lalao Rodin @ Hotel

À sa grande époque, selon lui, l’argent ne manquait pas à Marseille, tous les musiciens se connaissaient et se rejoignaient le soir sur le Cours Julien après leur tournée des restaurants, pour taper le bœuf jusqu’au petit matin. La première fois qu’il a joué sur les terrasses d’un restaurant c’est un ami brésilien qui l’a emmené sur un coup de tête à Cassis, sans un sou en poche ils se sont mis a jouer et « l’argent tomba si facilement qu’il ne s’arrêta pas depuis ».

« Il ne manque pas de musiciens talentueux à Marseille » raconte Lalao, « mais il manque quelque chose pour montrer ces prodiges ».

 

Photos by Edouard Hartigan

27 Réponses à “RENCONTRE AVEC LALAO RODIN, MUSICIEN MILLIARDAIRE”

  1. Petit Cailloux

    j’attends avec impatience l’interview sur Cécile du PMU , Timothé de la Caisse d’Epargne, Suzanne la vieille au pain de la plaine, le Barbu avec son chien rue des Trois Rois ( mon concierge ), Kalifa… et j’en passe ^^ ?!! Si vous voulez je m’en charge dommage que Monsieur Paillette Super super bisoux est disparue…

  2. Moule

    Je me rends compte de pars cette article, que je ne porte vraiment pas assez d’intérêt aux gens en général et me vois souvent trompé par mes préjugés accablant. Petit Cailloux ton commentaire m’a fait beaucoup rire – bonne initiative, ils sortent d’ou ces gens?

    Love la nuit

  3. OctaveDuBDM

    Interview étonnant ! Je vois tout le temps Lalao le midi aux terrasses du BDM ou du Petit Montmartre où à chaque fois je lâche quelques pièces haha ! Je rejoins Petit Cailloux sur le fait que ça serait interessant d’avoir une interview de Cecile qui ne se poste pas qu’au PMU (quelques bas de portes de la place Notre du Mont également).

  4. Neur-1

    Je suis graphiste et ça fait un moment que l’idée me trotte de rencontrer ces personnages que tout le monde connait sur Marseille. Une petite édition indépendante qui ferait office de « mémoires », avec de jolis portraits de ces personnages marginaux qui font ce qu’est Marseille aussi.
    Je n’ai jamais eu le courage de les solliciter pour ce projet (en particulier Cécile qui est, pour le peu, assez lunatique). Je lance une idée comme ça, mais si quelqu’un veut se charger des photos (peut être Edouard Harigan ?), je veux bien tenter l’expérience et proposer mes services pour la maquette de l’édition.

    Belle initiative en tout cas !
    La bise

  5. 13006army

    Je rejoins Petit Caillou, notre quartier a ses figures légendaires et il faut les découvrir ! J’ai entendu des rumeurs sur l’histoire de Cécile mais rien de concret, et concernant Timothée et Khalifa j’aimerai bien savoir !

    Merci La nuit ! 🙂

  6. Abelz

    Bonjour,
    Quelqu’un se souvient-il du vieil homme qui était toujours assis sur les pas de porte dans la rue des 3 frères Barthélémy et qui professait des paroles qui ne semblaient cohérentes que pour lui même? Cela fait quelques temps que je ne le vois plus…

  7. lylykat

    Merci pour cet hommage, j’espère des cours métrages avec Cécile et son bikini jaune des 4 saisons. Est ce que que Monsieur Paillettes ferait référence à notre parachutiste de l’amour ? (Gros sac a dos et treillis rose à guêtres). Il ne faudra pas oublier Carotman (personnage orange en string sur la plage des gatons).

    Merci la nuit de redonner des couleurs à notre Marseille

  8. christian

    L’histoire de Cécilia est certainement moins romantique que celle de Lalao. Maladie mentale, violences et autres aspects glauques que je ne décrirai pas ici.
    Aujourd’hui le plus important pour elle est de retrouver un toit. Expulsée récemment de son logement, elle est en danger dans la rue. Si vous avez des idées ou des réseaux…
    Christian

  9. Marwie

    Merci pour cette belle initiative!! effectivement cela nous permet de garder en mémoire ces personnages si intrigants qui font l’histoire de marseille…
    si vous voulez continuer les portraits, je serai ravie de faire les photos.
    Moi je me souviens d’un homme rue des trois frères barthélémy mais il y a de ça plusieurs années, il s’appelait David et avait eu aussi une vie de fou.. il avait un boulot, une famille et avait tout quitté ou perdu, c’était un mélomane accompli, toujours un baladeur dans les oreilles, et grâce à lui j’ai découvert Sanseverino par exemple… je ne pourrai jamais oublié ..

  10. herrero bea

    Dans le libé y a toujours un portrait d’une « célébrité ». Mais je me souviens m être fait la réflexion suivante: Mais pourquoi y a pas le portrait de gens qu on voit , eux, tous les jours ?
    Donc merci pour l’initiative mais je ne suis pas que pour faire les « marginaux ». Marseille est Marseille car il y a des figures dans chaque quartier. Genre le pmu du Cabot. N’est ce pas Laurent Grino?!

  11. netcheiv@gmail.com

    Bon on en est pas encore à une découverte du type Rodriguez (pour le désormais cultissime Sugar Man) Mais quand même merci d’avoir pris le temps d’aller poser toutes ces questions à Lalao .
    Je trouve que ce ptit reportage lui donne toute son humanité à ce personnage mythique de la Plaine, chose qu’on aurait tendance à oublier nous les pauvres cloches quand on se marre en les regardant et en sirotant notre Picon! Et les photos sont chouettes!!!

  12. Super talent, mais le film est assé moyen malheureusement.
    Pas de choix filmique, son peu audible, caméra qui zoom, bouge, tourne… pkoi?

    Merci Lalao pour ton Energie.
    Un plaisir de t’entendre et te croiser à chaque fois.
    En attendant de voir un gros docu et concert de toi.

  13. m'rc tko

    oui vielle figure de marseille et( du cour julien il du bon et du moins certain escroc d etre ce sont fais escroquer par des véreux que dire parle patois moi pas ^^

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>