RENDEZ-VOUS AVEC STEVE BUG, RÉCIT D’UNE NUIT DE RÉOUVERTURE

Vendredi dernier, 7 octobre, le Club Cabaret ne toquait pas à la porte de la rentrée mais la fracassait à grands coups de béliers. Une salle comble, moite sans être suffocante, une ambiance particulièrement bonne dans le public et la résidence Rendez-Vous signée par Jack Ollins, une résidence à surveiller de prêt pour la qualité des line-up qu’elle propose. Le Club Cabaret ouvre ses portes tous les vendredis, on ne dira pas non; quant à Rendez-Vous, prochain épisode en décembre.

Il faut savoir qu’à l’origine on avait prévu un vrai concept pour cette soirée, on avait acheté un appareil photo jetable et notre idée de génie était de le filer à Steve Bug pour qu’il immortalise la nuit. En récupérant les photos après les avoir faites développer, on s’est vite rendu compte qu’il fallait encore peaufiner un peu le concept: la seule photo prise par Steve Bug qui ne soit pas ressortie toute noire, c’est celle-là:

Notre seule photo prise par Steve Bug
Notre seule photo prise par Steve Bug

Heureusement, on avait joué la sécurité en prenant des photos au début de la soirée et en terminant la pellicule à la fin, parce que tout le monde conviendra pour dire que cette photo c’est un peu léger comme contenu pour écrire un retour sur l’événement. Steve Bug aura donc prouvé ce soir là qu’il est bien meilleur pour discuter autour d’un verre de rhum et pour casser un dancefloor en deux avec une paire de MK2 que pour se tirer le portrait avec un kodak jetable.

Oui, parce que la soirée s’est à peu près déroulée de la façon qui va suivre. Quand Steve Bug est arrivé, il était déjà environ une heure du mat’, ça faisait un moment que Mr Jack Ollins avait fait en sorte que les choses sérieuses débutent, le public était bouillant et Steve Bug n’avait plus qu’à le cueillir. Nous, on sortait d’un apéro pro; et je ne suis pas sûr que tu aies la pleine mesure de ce que ça représente. Dans le milieu de la culture, sortir d’un apéro pro c’est avoir l’alcootest couleur Saint-Patrick. Couleur Saint-Patrick foncée même.

Au commencement, il y eut l'apéro pro.
Au commencement, il y eut l’apéro pro.

Steve lui, il sortait de la sieste, il était arrivé à Marseille six heures avant et n’avait rien vu d’autre que sa chambre au Mama. Lui, il était moyen chaud et il avait besoin d’un peu d’aide pour mettre un coup à la bouteille que lui avait offert le Cabaret, et nous, on est du genre altruiste, toujours prêts à filer un coup de main. On a donc entamé le rhum et la discussion. À la question : « Mec, ça fait plus de 20 ans que tu mixes, ça te gonfle toujours pas d’aller en soirée? » il nous a répondu qu’il continuait à aimer ça, et que les seuls trucs qui le gonflent sont les mecs surdosés. Du coup on a un peu parlé de drogue, et apparemment en ce qui le concerne il a arrêté tout ce qui est taz, MDMA etc. quand il a commencé à mixer.

Steve Bug a besoin d'aide! Vite, tends lui ton verre!
Steve Bug a besoin d’aide! Vite, tends lui ton verre!

Après un apéro pro, et un apéro rhum avec Steve, les choses se sont rapidement compliquées, du genre « oula faut que j’aille prendre un peu l’air ». Mais en bon professionnels, ça ne nous a pas empêché de ne pas louper une miette de l’intervention de Steevy. D’ailleurs, on a même pu entendre lundi matin à la rédaction des phrases du genre « franchement, j’ai carrément préféré ce qu’il a fait au Club Cabaret que ce que j’avais pu entendre sur Boiler Room ». On présente nos excuses au technicien qui est en toi, on s’est un peu trop pris pour des Jack Sparrow pendant cette soirée pour être en mesure d’être plus précis en ce qui concerne son intervention. Mais quoi qu’il en soit, le mix Jack Ollins / Steve Bug matchait aussi bien que Vodka / Red Bull en première partie de soirée. S’il y a bien une chose à retenir de ce Rendez-Vous c’est que Jack Ollins sait aussi bien organiser une soirée que faire danser le public.

Jack Ollins présente Rendez-Vous
Jack Ollins présente Rendez-Vous
Rendez-Vous w/ Steve Bug
Rendez-Vous w/ Steve Bug

Vers quatre heures, c’était évidemment l’heure du goûter, mais sans pâte à tartiner sous la main, on a dû se rabattre sur le houblon. À partir de là, on perd complètement le fil de l’histoire, et malheureusement dans ces cas là, même Wikipedia n’est pas d’une grande aide quand on sèche. Par chance, notre jetable raconte la suite et finalement le truc le plus fou de cette nuit de réouverture, c’est que malgré tout ça, on ait réussi à ne pas le perdre.

Comme tu peux le constater sur ces photos, l’ambiance était cool:

Eh mec! Tu peux me passer du poppers?
Eh mec! Tu peux me passer du poppers?
club-cabaret-steve-bug-la-nuit-magazine-ou-sortir-marseille-agenda-8
Rendez-Vous w/ Steve Bug
The golden barman
The golden barman

Celle-là on sait pas à qui elle est. Si c’est la tienne, envoie-nous un message, tu peux venir récupérer la photo au bureau, c’est cadeau!

Sauras-tu la reconnaitre?
Sauras-tu la reconnaitre?
LE RESTE DES PHOTOS DE LA SOIRÉE MALHEUREUSEMENT PAS PRISES PAR STEVE BUG:

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>