ROTATE THIS, LE NOUVEAU TIRAGE DU ONE AGAIN

C’est quand on s’est envoyé un premier Rotate This flambant qu’on se dit que l’utilisation de foncier inexploité pour des événements éphémères est vraiment quelque chose sur quoi Marseille devrait miser davantage. One Again Productions semble en tout cas l’avoir bien compris, et on nous précise d’ailleurs dans l’oreillette qu’ils devraient très rapidement investir un nouveau lieu complètement atypique en centre-ville. On vous en reparlera sans doute bientôt. 

Après ces retrouvailles qu’on pourra qualifier sobrement d’intense, on est plutôt pressé de revenir nous affaler dans les canapés disposés dans les Rotatives. L’après-midi caniculaire pour un mois d’avril était l’occasion de profiter de la convivialité d’un marché vintage extérieur et d’un petit sound system habillement placé à l’entrée du lieu et manigancé des mains de maitre des Chineurs de Marseille.

La fraicheur s’est brusquement invitée en tout début de soirée, rappelant cruellement à la plupart d’entre nous que nous nous étions un peu trop chauffés et qu’en avril, on ne se découvre pas d’un fil. L’astuce toute trouvée a été de squatter dare-dare l’ouverture de la salle principale et de se réchauffer avec les bouteilles de vin à 20€, clairement le meilleur rapport cuite / prix de l’événement.

Si l’aspect cathédrale des Rotatives nous faisait un peu peur vis-à-vis du son, la quantité de matériau et imprimantes industrielles qui occupaient l’espace cassaient tous les angles, et le rendu du soundsystem Funktion One était particulièrement clair pour ce type de lieu, de quoi profiter de la soirée comme des coqs en pâte. Ajouté à ça le travail réussi sur l’habillage lumineux de cette ancienne imprimerie et la saturation des sens à l’oeuvre était bientôt à l’origine d’une grave épidémie dansante. Bleu, noir, rouge, ou les couleurs d’une France clairement pas apaisée ce soir là.

Rotate This @ Les Rotatives – © Mariam St-Denis

L’ivresse sensorielle a peu à peu laissé place à l’ivresse tout court, animée des sélections affutées de Niloc qui ont très rapidement densifiées un dancefloor qui n’a pas désempli. Bel hommage à son shop Extend & Play dont il a fait profiter les pépites à ceux qui étaient venus l’écouter.

Le duo néo-zélandais que tout le monde était venu écouter, Chaos In The CBD, n’avait plus qu’à cueillir un dancefloor chauffé à blanc. Ils étaient là où on les attendait, ce duo rare dans la région a enchainé les propositions colorées, mettant clairement l’accent sur le groove sans trop durcir le ton. C’était ce qu’était venu chercher le public qui a sérieusement usé ses semelles ce soir là.

On a apprécié une population plutôt hétérogène pour ce type d’événement qui était là pour en découdre. La densité du public ne rendait pas pour autant l’événement oppressant grâce à la configuration du lieu qui offrait de grands espaces pour souffler et s’en griller une. Même l’attente aux toilettes était acceptable.

En somme, on comprend mieux pourquoi La Marseillaise a décidé de dédié ce lieu qu’on te présentait ici, à l’événementiel; et surtout pourquoi le One Again a jeté son dévolu dessus. Vrombir dans le plaisir et l’excès, c’est tout ce qu’on demandait. Le prochain round a lieu le 5 mai avec le très attendu label Slow Life, une soirée qui, sur le papier, devrait mettre la barre encore plus haut.

Pour les plus impatients, Le Pointu investit les Rotatives en co-production avec le One Again ce samedi 22 avril avec le très dubby Roger Gerressen, Francesco Del Garda et notre star locale: Nems-B.

Rotate This @ Les Rotatives – © Mariam St-Denis

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>