LA SIGNATURE DU SILO : LE SON QUI REND TOUT CHOSE

Le Silo est une salle à l’acoustique excellente. C’est pas un scoop que j’envoie là ; d’ailleurs à chaque fois qu’est évoquée la possibilité d’y aller, quelqu’un autour de la table, « qui s’y connaît », va le signaler. Je le sais, tu le sais, ton pote qui fait semblant de le savoir le sait. Mais pourquoi est-il si bon ?

On a tendance à l’oublier mais il s’agit quand même d’un réservoir à grain qui a pour voisin d’en face une magnifique brune appelée Méditerranée, et pour voisins de palier une autoroute aérienne à l’hygiène douteuse et un port à la retraite qui n’arrête pas de ressasser ses jours de gloire. Tout ça pour dire que s’il s’agit d’un fait communément accepté, l’excellente acoustique du Silo n’est pas forcément évidente.

D’autant plus que les artistes qui s’y produisent sont divers et variés, mais la qualité du son ne l’est pas. S’asseoir en balcon, en gradin ou en orchestre est la garantie d’un spectacle d’humoriste audible, ou d’une expérience musicale parfaite qu’elle soit acoustique ou amplifiée.

Mais toi, fêtard, fêtarde qui se respecte, le moment ou tu t’intéresses à cet édifice est quand il reçoit un artiste électronique qui castagne un peu. Ce qui est le cas ce dimanche, où Timelapse l’investit pour inviter une paire de maestros, mais pas ceux pour lesquels tu paierais une place à ta grand-mère pour qu’elle assiste au spectacle depuis les balcons avec ses jumelles. ÂME, KiNK en live, Solarism auront par contre la garantie d’avoir un son assez précis pour que tu puisses rester dans la fosse, yeux fermés, à te laisser caresser par le son.

J’ai donc eu une conversation avec un acousticien. Et pas n’importe lequel, Nicolas Albaric qui a signé l’acoustique du Silo, pour lui demander quelques explications. Quel genre de pacte avec le diable a-t-il passé pour faire du Silo la meilleure acoustique de Marseille ?

Comment a été conçue l’acoustique du Silo ?

L’acoustique du silo a été conçue à l’origine pour accueillir l’orchestre de l’opéra de Marseille le temps des travaux qui se faisaient chez eux. L’enjeu était également de pouvoir recevoir des artistes qui jouent de la musique amplifiée, ce qui demandait un  système acoustique variable. Ca a été un défi assez intéressant puisque les deux musiques, acoustiques ou amplifiées, préfèrent des solutions diamétralement opposées. Le classique demande beaucoup de réverbération (la résonance du son, ndlr), alors que la musique amplifiée en aime assez peu.

Comment trouver ce compromis ?

La solution la plus marquée est aussi la plus visible ; il y a plusieurs panneaux métalliques qui réfléchissent le son autour de la scène, qui peuvent être orientés de manière horizontale ou verticale selon le besoin. Il est donc possible de moduler le comportement de la salle vis-à-vis de la puissance des hauts parleurs, tout en gardant un peu de la réverbération naturelle de la salle.

Pourquoi ce choix ?

Il s’agit d’une question d’usage, on peut supprimer toute réverbération comme dans une salle de cinéma. Personnellement, je prêche pour qu’il y ait un effet de salle, pour que la salle ait une signature, une touche qui lui appartienne. Il faut que quand tu écoutes ton live, tu n’aies pas la même sensation qu’en écoutant l’artiste en studio ; il faut donc un peu de résonance mais pas trop.

Du coup, quelle est la signature du Silo ?

Le Silo est une salle plutôt claire, exploité comme un Zénith donc souvent en musique amplifiée. Son habillage en bois créé une surface réfléchissante pour une qualité presque uniforme du son. Le bâtiment a une forme non symétrique résultant du silo vidé,  qui renvoie le son dans plusieurs directions, ce qui nous a amené à créer cet habillage. Le cadre de la scène est modulable pour de la musique acoustique, ou du son amplifié. Il y a plutôt une acoustique de théâtre, et dans un théâtre on peut faire de la bonne musique assez diverse, contrairement à une salle de musique actuelle qui sera moins versatile. J’ai également réalisé l’acoustique des salles du Paloma de Nîmes, et j’ai volontairement laissé de la réverbération. Ca ne plait pas à l’ingé son pour exagérer le trait, mais mon idée est que les gens viennent à un concert pour avoir une expérience sonore différente, unique en un sens.

Un conseil pour apprécier au mieux un concert électronique au Silo ?

Je dirais qu’il faut éviter d’être trop près de la scène, où le son est comblé par hauts parleurs en complément. Pour un concert techno, mon conseil est de rester dans l’axe de la salle, en fosse, au tiers du fond de la salle. C’est ce qui permettra sûrement d’apprécier au mieux le son et l’artiste.

On te conseille de mettre tous ces conseils en pratique dimanche:

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>