SPOT: CHEZ ROMAIN & MARION, LA CUISINE COMME CHEZ TA MÈRE

Le mardi c’est SPOT, le nouveau rendez-vous de la Nuit Magazine. Avant le « Où Sortir ? » on se détend en journée, lumière sur des restos, des kebabs, des cafés, des salons de thés, pour assouvir ta soif, ta faim ou ta vie de glandeur. Ce n’est pas avec notre costume de blogueuse que nous parlerons petits fours, on enfile notre manteau de Nuit pour décortiquer les entrailles des lieux qui font de Marseille ce qu’elle est : un boucan et un spot à part entière.

Cette semaine la rédac’ a la dalle. Après avoir bien siesté mardi dernier, les cerveaux de La Nuit ont eu besoin de se revigorer et de se mettre d’attaque pour cette nouvelle semaine. Rien de tel que les boulettes et légumes de chez Romain & Marion pour nous donner la force de combler ton agenda du week-end. La Nuit s’est donc mise à table pour ce nouveau SPOT du mardi devant une assiette chargée en mets afghans.

La devanture du 58 boulevard de la Libération ne paye pas de mine contrairement à l’odeur de bouffe qui émane de la cuisine de ce petit restaurant. “Un restaurant” n’est pas vraiment le terme approprié à ce lieu où l’on trouve quelques couverts, pas de carte, pas de menu mais une atmosphère chaleureuse qui met tout de suite à l’aise. Tellement à l’aise que tu peux te permettre d’écrire et de dessiner sur les murs selon tes envies artistiques, et plus sérieusement d’exprimer ton ressenti sur les plats dégustés. “ Ici c’est ni un restaurant, ni une cantine, c’est une salle à manger. Je veux que les gens s’approprient le lieu, qu’ils se sentent comme chez eux.” nous explique Romain, le fils de la gérante et serveur dans cette salle à manger, donc.

Les mots et dessins des clients sur les murs ©Aurélie Martinod
Les mots et dessins des clients sur les murs ©Aurélie Martinod
Un mot laissé sur un mur chez Romain & Marion ©Aurélie Martinod

Pas de menu certes, mais une liste de plats afghans proposés en fonction des jours de la semaine. Aubergine pomme de terre mijotées dans une sauce curry le lundi, raviolis aux poireaux sauce yaourt le mardi, ou encore riz caramélisé carotte et raisin sec le jeudi. Pour notre part, nous sommes des habitués du vendredi et de son riz au safran, ses légumes de saisons accompagnés de boulettes et de morceaux de poulets. Silence de mort pendant la dégustation, 20 minutes après notre assiette est pliée et notre bouche garnie de sauce mal essuyée. Inutile de préciser qu’on a apprécié nos assiettes quand on voit l’image ci-dessous. 

À noter que pour une ou deux personnes tu pourras choisir le ou les plats que tu souhaites déguster, le tout soigneusement détaillés par Romain. Pour trois personnes et plus, ce dernier t’apportera un assortiment des plats proposés le jour même.

Les plats du vendredi chez Romain & Marion ©Aurélie Martinod
Assiette du vendredi chez Romain et Marion ©Aurélie Martinod
Les assiettes vides de la rédac’ ©Aurélie Martinod

“Elle déteste cuisiner, mais ici, elle cuisine pour les clients comme si elle cuisinait pour ses enfants”

Derrière les fourneaux, Myriam, gérante de cet établissement ouvert il y a maintenant 11 ans. Un établissement qui a eu dû mal à voir le jour, et qui doit son existence à la débrouillardise de cette discrète cuisinière.  “L’idée d’ouvrir son propre restaurant lui a toujours trotté dans la tête. C’était son rêve d’en avoir un et de le nommer du nom de ses enfants” nous raconte Romain. Pour la petite histoire et pour continuer dans la séquence émotion, Myriam est née en Afghanistan et a hérité de son talent de cuisinière par son aïeule. Paradoxalement “elle déteste cuisiner, mais ici, elle cuisine pour les clients comme si elle cuisinait pour ses enfants. Elle prend plaisir à faire plaisir” nous affirme Romain. Cet aveu n’a pas de quoi te rassurer mais n’aie crainte, le contraste entre cette annonce et le goût de ton assiette te fera instantanément oublier ce curieux trait de caractère de la mère de Romain.

Quant à lui, son histoire est nettement moins dans l’émotion que celle de sa mère, mais mérite tout de même sa présence, juste pour le plaisir de sourire de ce personnage qui se révèle être un poil cocasse. Ce dernier a arrêté ses études car il voulait bosser et se faire de l’argent assez rapidement. Au début il donnait un petit coup de main à sa mère pour le service du soir puis “un jour, j’ai décidé d’arrêter de jouer à Fifa et autres, et de l’aider également le midi” nous raconte-t-il. Un coup de pied au cul qu’il s’est donné lui-même et qui a permis de soulager Myriam pour le service du midi. Et si tu te demandes où est Marion dans l’histoire, cette dernière s’adonne à ses études et met beaucoup moins souvent les pieds dans l’établissement qui porte également son prénom.

Myriam et Romain ©Aurélie Martinod

Si ton ventre s’est manifesté à la lecture de ce papier, il est grand temps pour toi d’épier le boulevard de la Libération à la recherche de la devanture orange de chez Romain & Marion, de passer le pas de la porte et de calmer ta faim à coup de boulettes sans te ruiner.

Chez Romain & Marion – 58 boulevard de la Libération 13005 – 06 16 62 78 61 – Ouvert du lundi au vendredi midi et soir – Samedi soir uniquement

Romain devant la devanture de sa « salle à manger » ©Aurélie Martinod

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>