SPOT : LA DISTILLERIE DE MARSEILLE, PASTIS, GIN, WHISKY DE LA PLAINE.

SPOT, c’est l’un des rendez-vous de la Nuit Magazine. Avant l’heure de l’apéro, on se détend en journée : lumière sur des restos, des kebabs, des cafés, des salons de thé, pour assouvir ta soif, ta faim ou ta vie de glandeur. Ce n’est pas avec notre costume de blogueuse que nous parlons petits fours, on enfile notre manteau de Nuit pour décortiquer les entrailles des lieux qui font de Marseille ce qu’elle est : un boucan et un spot à part entière.

Si tu es Marseillais, impossible que tu sois passé à côté de la bière de la Plaine. Depuis 2013, les petites bouteilles marseillaises ont envahi les restaurants, épiceries et supermarchés de la ville. Elles sont mêmes exportées partout en France, faisant honneur à la cité phocéenne. L’équipe de passionnés du brassage ne manque pas d’énergie et de créativité pour se renouveler. Depuis début 2019, ils se sont lancé un nouveau pari : ouvrir une distillerie au coeur de la Plaine.

C’est Guillaume qui après avoir fait un stage il y a deux ans à la brasserie de la Plaine, est revenu avec le projet de créer une distillerie. A l’époque, il avait testé la fabrication d’eau de vie et il s’est depuis transformé en un véritable petit alchimiste.

Après le brassage et la chimie vient le temps de l’herboristerie pour les Plainois, qui ont déjà donné naissance au premier né de la distillerie : le Pastis. « A la base, nous voulions créer une distillerie pour produire du Whisky de Provence et surtout de Marseille. Comme cela dure trois ans, il nous a paru évident de commencer par du Pastis. Nous sommes à la Plaine après tout ! » se réjouit Guillaume. Le pastis est idéal : hyper local, il n’a pas besoin de distillation et il peut être produit en quelques semaines à peine. C’est LA boisson des Marseillais, et la distillerie a pensé deux versions de pastis. Un très authentique pour les traditionalistes, et pour les plus curieux, un pastis aux senteurs de verveine, maté et poivre (28€/bouteille).

Située rue Saint-Pierre, la brasserie, fraîchement “pimpée” en distillerie, accueille des visiteurs les jeudis, vendredis et samedis de 14 heures à 19 heures. L’immersion est totale. A l’entrée quelques étagères remplies de bouteilles nous accueillent et une bibliothèque remplies de livres spécialisés offre une pause éducative aux passants. En avançant on trouve un comptoir et, tout au fond, on aperçoit d’étranges machines et des sacs de malt et de plantes prêts à macérer. “On veut pas faire un truc pour touristes. La Plaine, c’est notre identité. Les deux fondateurs sont nés ici et voulaient créer un produit pour les Marseillais. Les habitants de la Plaine sont la première cible, et c’est pour eux qu’on imagine l’animation du lieu, les ateliers mais aussi le prix des produits.”

La prochaine étape ? Que tout le monde puisse venir ici pour fabriquer son propre alcool. C’est déjà le cas avec la bière, puisque des kits de brassage et du malt en vrac sont à la vente. Et pour le côté Distillerie, ce sera des ateliers de fabrication de Gin. Tu peux déjà mettre ta bouteille de tonic au frais… Mais aussi une de coca, car d’ici quelques années, tu pourras même acquérir un whisky de la Plaine.

Pour accueillir ce projet, le local du centre-ville a été complètement réaménagé. Il a fallu faire de la place pour accueillir de nouveaux alambics, tous ayant une forme et un usage particulier.

Comment faire sa place à côté des indélogeables Ricard et 51 ? Pourquoi les habitants de la Plaine, souvent issus de classes populaires, seraient prêts à investir dans un produit plus cher mais hyper local ? Quelques habitants qui passaient par là semblent s’accorder : « J’en prends quelques fois au restau, j’en ai même vu au supermarché du coin !” indique Nicolas, 33 ans “Je trouve ça mieux que d’acheter de l’alcool produit en masse à l’autre bout du monde”. Recherche ou affirmation de leur identité, attachement aux traditions, tendance du circuit court… Ou tout simplement, est-ce que le fait maison serait la recette du succès ? « Ils font du pastis ? J’imagine que je choisirai le Pastis de la Plaine plutôt qu’un autre, parce que c’est local et artisanal ! » ajoute Nadia, 27 ans.

Le fait que les travaux de la Plaine aient débuté au moment de la création de la Distillerie ne semble pas les effrayer. “C’est sûr que les choses sont plus compliquées, d’un point de vue logistique, pour les livraisons ou pour accueillir des visiteurs.” L’équipe, dont la plupart des membres sont originaires du quartier, a voulu saluer et soutenir les habitants, en travaillant sur des étiquettes représentant les arbres coupés de la place.

La Distillerie de la Plaine – 13 rue Saint-Pierre, ouvert les mercredis, jeudis et vendredis de 14h à 19h.

 

Irène Khaletzky

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>