SPOT: SIEST’IN, BAR À SIESTE

Le mardi c’est SPOT, le nouveau rendez-vous de la Nuit Magazine. Avant le « Où Sortir ? » on se détend en journée, lumière sur des restos, des kebabs, des cafés, des salons de thés, pour assouvir ta soif, ta faim ou ta vie de glandeur. Ce n’est pas avec notre costume de blogueuse que nous parlerons petits fours, on enfile notre manteau de Nuit pour décortiquer les entrailles des lieux qui font de Marseille ce qu’elle est : un boucan et un spot à part entière.

Cette semaine la Nuit Magazine a sommeil. Après un week-end épicé sur les sons Acid du Cabaret, un gros after bien véner’ chez un gars de la rédac’, et les claques Ô Galop au Dock des Suds le soir même; le retour à la réalité lundi matin a été extrêmement douloureux. Ne voulant pas te délaisser pour ce troisième SPOT, nous avons décidé de nous poser et de te poser cette semaine au Siest’in, histoire de traiter le mal par le bien et d’être en corrélation parfaite avec notre état actuel: un poil léthargique.

Après avoir écumé les nombreux bars à bières et bars à vins de la ville, il est grand temps pour nous de tester le bar à sieste, histoire de donner un peu de répit à notre corps. Contrairement aux autres bars où la boisson est notre principal centre d’intérêt, le bar à sieste lui prône le repos et le dodo. Le Siest’in a la particularité d’également te nourrir, tous les midis, du lundi au vendredi, avec des plats faits maisons, et de te proposer des séances de relaxation avec des praticiens : méditation, sophrologie …

Situé sur le boulevard Paul Peytral, le Siest’in émane du cerveau de deux gars, Arnaud et Matthieu, qui ont de nombreuses fois entendu leurs collègues de boulot, lors de leur stage de fin d’études, rêver d’une sieste pendant la pause déjeuner. “On avait une grosse pause d’environ 1h30 le midi. Après avoir mangé, il nous restait pas mal de temps à tuer et il n’y avait pas de salle dédiée au repos. C’est là qu’on s’est dit pourquoi pas créer un bar à sieste” nous raconte Matthieu. Plus que ça le Siest’in est un lieu de vie où tu peux venir grailler une quiche, une soupe, une salade ou un plat de pâtes selon l’humeur de ton gosier. On a tous un jour dit “je n’aurai pas dû trop manger ce midi” suivi d’un bâillement offrant une vue panoramique à tes potes sur ta glotte. Bref.  Le délire au Siest’in c’est pas de s’attabler une éternité, “l’idée c’est de se restaurer rapidement pour ensuite profiter des coins détente ou de l’une des 5 chambres pour se reposer” explique Mathieu.

Espace sieste Siest’in ©Aurélie Martinod
Espace sieste Siest’in ©Aurélie Martinod
Espace sieste Siest’in ©Aurélie Martinod
Espace sieste Siest’in ©Aurélie Martinod

Parlons-en de ces chambres. Il y en a 5, dont une conçue pour les personnes handicapées. Imaginées selon l’ambiance et les couleurs de chaque continent du monde, c’est sur un transat, un matelas ou encore un hamac que tu pourras venir pioncer une petite demi-heure pour 5€. Bon faut pas non plus s’attendre à un 4 étoiles, le but c’est vraiment de dormir hein. Donc pas la peine de ramener ton plan cul, les siestes crapuleuses y sont interdites. Tu peux toujours tenter, mais d’après les patrons, d’autres avant toi se sont fait remballer.

Espace déjeuner Siest’in ©Aurélie Martinod
Coin déjeuner Siest’in ©Aurélie Martinod

Si tu n’as pas sommeil ou si toi aussi tu mets 1h avant de t’endormir, tu peux toujours monter à l’étage du Siest’in pour prendre un petit thé ou lire un bouquin. Une bibliothèque en libre-service ainsi que des fauteuils de cinéma seront là pour soulager ta fatigue ou combler la fougue que tu portes à la littérature.

En espérant que ce nouveau SPOT ne t’a pas trop fait bâiller, sinon tu sais où aller.

  • Le Siest’in – 47 boulevard Paul Peytral 13006 Marseille – 04 91 67 04 61

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>