LA STREET SCHOOL DÉBARQUE À MARSEILLE

Lancée par le média Street Press, la Street School propose une formation intensive gratuite et sans condition de diplôme. En plus, pas besoin de monter dans le froid parisien pour la suivre : en mars, l’école ouvre à Marseille. 

Tu as toujours voulu faire du journalisme sans jamais oser te lancer ? Tu as déjà fait des études et tu n’as pas envie de tout recommencer à zéro ? Et surtout, tu n’as aucune envie de t’endetter sur cinq ans ? La Street School, dont La Nuit est partenaire, est faite pour toi. Depuis 6 ans maintenant, cette école parisienne initiée par le magazine urbain Street Press forme des jeunes et des moins jeunes au journalisme digital. Aujourd’hui, elle s’installe à Marseille, au sein des préfabriqués de la Friche de la Belle-de-Mai. « Malgré ce que l’on peut croire, Marseille est une ville très segmentée. Et pour moi, l’information c’est quelque chose qui relie les gens. C’est donc un véritable enjeux de venir ici« , argumente Cécilia Gabizon, la directrice de la Street School. Pas besoin d’avoir un quelque-conque diplôme, d’avoir déjà bossé dans un média ou d’être pété de thunes pour t’inscrire, la formation est entièrement gratuite et recrute à la motivation. « On veut pouvoir tendre la main à ceux qui en ont besoin. Qu’ils soient décrocheurs scolaires ou surdiplômés, du moment qu’ils veulent raconter des histoires et parler de Marseille autrement on est là pour eux. On veut pas que des bobos, on veut des gens de tous les milieux sociaux », explique-t-elle.

Avant de t’inscrire, vérifie bien que tu es entièrement disponible de mars à juin. Car si la formation peut sembler courte, le rythme lui est intensif : quatre jours par semaine, les élèves suivent les cours, vont régulièrement sur le terrain et délivrent des projets. « La méthode c’est l’action« , résume Cécilia. Encadrés par des coachs et des mentors issus des partenaires médias locaux et nationaux, ils sont plongés dans des conditions de travail réelles. Ainsi, chaque semaine, les schooleur bossent avec l’un des médias partenaires avec l’objectif d’être publié par celui-ci. A la fin de la Street School, chaque étudiant repart avec un book des publications, vidéos, créations qu’il a réalisé. Si tu es intéressé, tu as jusqu’au 25 janvier pour candidater via ce formulaire. A savoir que seulement 15 personnes intégreront la Street School Marseille cette année.

Lors de la création de cette école d’un nouveau genre l’objectif était de « secouer les médias« . En effet, rares sont ceux qui arrivent à se démarquer. Et pour cause, aujourd’hui, « les grandes écoles de journalisme reproduisent les mêmes personnes, constate Cécilia, elles sont déconnectées de la réalité de part leur parcours élitiste. A Paris, c’est très caricatural : la plupart des journalistes sont blancs et viennent d’un milieu bourgeois. Du coup, forcément, tout le monde fait la même chose partout. On a besoin de rédaction qui ressemble un peu plus à la France et qui amène des point de vues, des visions, des façons de faire différentes de ce qu’il se fait aujourd’hui. Il faut se rapprocher des Français afin qu’ils se réconcilient avec les médias. Et pour cela, il faut avoir des gens de tous horizons dans les rédactions ». Au final, le propos de la Street School c’est ça : faire immerger de nouvelles voix dans le paysage médiatique. Tout simplement.

Pour candidater, c’est jusqu’au 25 janvier via ce formulaire.

Plus d’infos sur school.streetpress.com

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>