LES TERRASSES MUSIC’ART OU L’ART DE FAIRE LA TEUF DANS UNE ABBAYE

Ça te dit de faire la fête dans un lieu insolite ? Les 7 & 8 juillet, rendez-vous dans l’antre de l’Abbaye de Silvacane, à La Roque d’Anthéron, pour une grande messe électronique organisée par les Terrasses Music’Art. Au programme de ces deux jours de culte, du gros son, mais aussi de l’art avec le projet Inside Out de JR, du skate, de la bouffe, et de la bonne humeur. Benjamin Guillôme, le co-organisateur du festival, nous en dit plus sur les apôtres invités et leur musique sacrée. Avé Maria !

Comment avez-vous créé ce festival ?

On a créé ce festival à l’époque du One Again Club. C’était un moyen d’avoir une vitrine en dehors de Marseille et de proposer un événement un peu champêtre à nos clients de l’époque.

Quel est l’objectif du festival ?

On veut démocratiser la culture urbaine, et on veut plaire au plus grand nombre. C’est pour cela qu’on mélange à la fois la musique, l’art et le sport : les jeunes vont écouter de la musique pendant que les plus âgés vont voir l’exposition et que les enfants s’initient au skate. Aujourd’hui, ce brassage est indissociable de notre identité.

Quelle est votre philosophie ?

On prône l’ouverture à tous. C’est pour ça qu’en plus de nos activités on propose un cadre qui convient à la fois aux jeunes et aux familles.

Quelles valeurs voulez-vous transmettre ?

La convivialité, la bonne humeur, l’ouverture d’esprit, la démocratisation de la musique électronique et l’amour du bon vin ! (rires)

Qu’est ce qui vous distingue des autres festivals ?

On reste intimiste et on a un cadre idyllique.

Pourquoi avoir choisi de le faire à La Roque d’Anthéron ?

Le cadre qu’on peut avoir là-bas est vraiment somptueux. Quand on a dû changer de lieu [les précédentes éditions se déroulaient à Lauris, ndlr], on ne voulait pas perdre notre identité en se rapatriant à Marseille. On veut proposer des endroits insolites où le public n’a pas l’habitude d’aller pour y voir des concerts de musiques électroniques. On veut créer un sentiment de vacances, de week-end. Et quoi de mieux que l’abbaye de Silvacane pour faire ça ?

Quelle est l’histoire de cette abbaye ?

C’est une abbaye cistercienne du XIIe où moines venaient recopier les écrits bibliques à l’époque.

Vous compter restez à La Roque en 2018 ?

Oui, on a décidé de ça avec la mairie de La Roque. C’était le seul lieu de la région qui nous proposait une pérennité sur les cinq ans à venir. On a accepté.

Comment se déroulaient les précédentes éditions ?

Lors des deux premières éditions, on se cherchait encore. C’est à partir de la 3ème édition qu’on a connu une véritable expansion. L’année dernière on a atteint les 4000 personnes. On espère faire mieux cette année même si on a raccourci notre format.

Qu’est-ce que vous espérez d’autres pour cette édition 2017 ?

On espère que notre transition de lieu ne nous fera pas perdre trop de public. On avait placé la barre très haute avec le château de Lauris, et on aimerait que l’abbaye de Silvacane plaise autant à nos festivaliers. On espère aussi que le succès de cette année nous permette de faire des bookings plus gros l’année suivante. Et surtout, on espère qu’il y aura du monde à outrance et que la fête sera belle !

 Qu’est-ce qui attend les festivaliers cette année ?

En ce qui concerne la programmation musicale, on l’a construite autour de nos deux têtes d’affiches, Kosme (Cosmic AD) et Braque (D.Lo Records). Pour les accompagner, on a fait appel aux meilleurs locaux, comme Joz, Jean-Baton, Tom Selekt, Mimid.B, Niloc, Alex Puig, Suave et bien d’autres. Tous le week-end, il y aura également le projet street-art Inside Out de JR à voir dans les jardins, ainsi qu’une rampe de skate avec un professeur pour les enfants, un espace photobooth et quelques foodtrucks à petits prix. En plus de cela, on prévoit une ou deux surprises !

Comment choisissez-vous la programmation ?

On essaye de faire venir des artistes qui nous ont suivi dès le départ et qui à l’époque n’étaient pas très connus. Maintenant, ils jouent sur des grandes scènes mais ils sont quand même rester fidèles à nous, et on leur rend la pareille. Le but étant de les promouvoir. Après, on programme aussi des têtes d’affiche avec nos moyens. Pour les choisir, on favorise le qualitatif. On ne veut pas d’artistes commerciaux, on veut quelque chose d’assez pointu.

Quelle est votre regard sur l’évolution de scène électronique de la région ?

L’évolution de la scène électronique de la région est en pleine expansion. Y a qu’à voir : il y a cinq ans il n’y avait personne dans le Lubéron et maintenant tout le monde y vient. La Psymind à déménagé ici, le Yeah Festival est également ici. Bref, il y a une vraie explosion  !

TERRASSE MUSIC ‘ART – 7 & 8 juillet 2017 à l’Abbaye de Silvacane, 13640 La Roque d’Anthéron – 06 13 01 85 12. Places en vente sur YURPLAN et lepotcommun. 14€ la soirée, 26€ le pass 2 jours. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>