VISITE DANGEREUSE DES ANCIENS ABATTOIRS DE MARSEILLE

Construits à la fin du XIXè siècle, les abattoirs de Saint-Louis situés dans le quinzième arrondissement de Marseille s’occupaient jadis de la distribution de la viande dans toute la région.

En 1989 et pour des questions d’hygiène, la Ville de Marseille décide de les déplacer dans un complexe tout neuf situé à Saumaty (16ème). Le site de Saint-Louis devient alors un lieu destiné à la création, hébergeant de nombreux artistes de rue. En 2006, le lieu est choisi pour accueillir la future grande mosquée de Marseille et les occupants se voient dans l’obligation de partir. Depuis, le chantier laissé au point mort a officiellement débuté en 2013. Pour autant, les bâtiments sont toujours là quoique totalement laissés à l’abandon. Seule la grande halle a été détruite. Piqués par la curiosité, nous avons décidé d’y aller afin d’y photographier les vestiges du passé.

En arrivant sur les lieux, on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre et c’est poussé par l’adrénaline que l’on décide de franchir la porte du bâtiment principal. Un véritable parfum de fin du monde flotte dans l’air. Des graffitis recouvrent les murs de la pièce, des déchets jonchent le sol, et les fenêtres sont à l’image du reste du bâtiment – complément délabrées. Une lumière rougeâtre attire notre attention et du coin de l’œil on aperçoit un feu. Nous ne sommes pas seuls. Fort heureusement, nous qui redoutions de tomber sur des schlags constatons qu’il ne s’agit que d’ouvriers occupés à travailler. On décide alors de continuer notre exploration. Dans la salle principale, les nombreuses fissures nous obligent à surveiller chacun de nos pas. Sur la droite, un hameau de lumière dans un couloir indique le chemin à emprunter. Après avoir jeté un bref coup d’œil aux anciens vestiaires des employés et à l’ancienne chaufferie, on décide de monter à l’étage pour constater le même état chaotique. Un petit passage nous invite à monter sur le toit. Pas très rassurés au vu de l’état du sol, on s’avance en tâtonnant pour admirer la vue avant de redescendre pour visiter les bâtiments annexes dont l’état est encore pire que le premier. Morceaux de verres, chaises en plastique, meubles en bois, murs perforés, monticules de déchets en tout genre : on se croirait dans une décharge. On aperçoit même des bateaux abandonnés à l’extérieur. Ce qui est sûr c’est que je ne mettrai pas un pied ici la nuit. Voyez par vous-même avec ces quelques photos.

Sarah Barbier

Crédit photo : Enzo Wattinne

Une Réponse à “VISITE DANGEREUSE DES ANCIENS ABATTOIRS DE MARSEILLE”

  1. vous êtes évidemment arrivés trop tard !!!

    sourires…

    Il fallait venir voir … de 1991 à 2O14 !!

    Les halles étaient nombreuses, les compagnies en pleine créations et les roulottes anciennes ou des années 6O nous accueillaient entres les tournesols et les chiens des artistes. Les rues pavées accueillantes, le zinc du bar Générik ouvert le mardi, les répétitions a ciel ouvert et les ateliers en route pour des constructions énormes ! les chapiteaux nous saluaient au bout…tout la haut et le gign s’entrainait en bas avant la construction de l’école deuxième chance.

    Vos photos ne montent rien des abatts !!! juste la halle de la compangie inflammable où je répétais avec mon groupe !!!

    j’ai inventé une visite dans le noir en 2O14 dans l’ex espace frigo…impresionnant !

    Lorsque vous avez visité vous n’avez trouvé que des restes informes apres le passages des zombies !!

    sourires

    salutations et peace

    Makô mémoire sur patte des anciens abattoirs de st louis

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>