WAX TAILOR : LE RETOUR DU BEATMAKER

Après avoir parcouru les Etats-Unis Wax Tailor revient jouer à domicile et dans les bacs avec un tout nouvel album et une tournée nationale à l’appui. C’est au Silo que Jean-Christophe Le Saoût (on parle toujours du même gars) viendra t’émoustiller l’oreille ce soir à coup de musiques électroniques branchées sur des sons trip-hop, rap et pop contemporains. Son nouvel album quant à lui a vu le jour grâce à une longue trotte sur les routes, notamment celles des US, avec des musiques hétéroclites à consonances blues, soul et autres sonorités du grand ouest. De l’originalité à l’état brut. Tout ce qu’on aime chez cet artiste. 

Wax Tailor ça fait un bail qu’on entend plus parler de lui, alors quand j’ai vu qu’il passait en concert au Silo autant te dire que me suis rué sur Digitick telle une pucelle en quête d’un autographe de Justin Bieber. Voilà places réservés depuis juillet. Oui je suis fan. Parce que le premier jour où j’ai entendu Wax Tailor et bien c’est la première fois que j’ai eu un orgasme acoustique. Si tu ne connais pas cette sensation c’est que t’as raté quelque chose, mais bon tu peux toujours te pencher sur ta copine (bon ça va trop loin j’arrête).

Bref, passons pour ma vie. JC passe donc en concert ce soir au Silo : première info. Seconde info, la sortie le 14 octobre dernier de son dernier album  “By Any Beats Necessary”. Cet album Wax Tailor l’a pensé sur les routes des Etats-Unis lors de sa dernière tournée. Play !

Premier son “I Had A Woman”. Non seulement le titre évoque la très célèbre “I Got A Woman” de Ray Charles mais la musicalité touche également l’univers de la soul (non pas l’artiste). Un son bien rythmé, je sautille déjà sur ma chaise. La seconde (promis je ne ferai pas tout l’album) “For the Worst” beaucoup plus envoûtante, un brin mélancolique portée par la délicieuse voix de la chanteuse IDIL. Une chanson qui rappelle la célèbre “Seize the day”. D’ailleurs on retrouve une nouvelle fois Charlotte Savary dans ce nouvel album.

Fidèle à lui même Wax Tailor nous propose également des musiques entrainantes sur du hip-hop et du rap, toujours mêlées à de l’électronique. Pas de surprise dans les styles mais un professionnalisme toujours indéniable que nous redécouvrons dans cet album.

Du son mais pas que 

Durant sa tournée aux Etats-Unis, Wax Tailor s’est lancé dans un documentaire : “In Wax We Trust”.

“Il ne s’agit pas d’un film pour spécialistes, mais de 27 minutes de portraits croisés, le point de vue de ces acteurs de la musique à qui on ne donne pas souvent la parole” annonce JC sur son site officiel. L’objectif de ce court-métrage est de montrer comment vivent les disquaires à l’ère du numérique, là où circulent une multitude d’œuvres sur internet. Play !

“In Wax We Trust” est un documentaire très intéressant. Même s’il n’a pas été produit avec de gros moyens, ce court-métrage n’a rien de banal et nous plonge au cœur de la vie des disquaires américains. En poussant les portes de ces magasins de vinyles, Wax Tailor met sous le feu des projecteurs de belles personnalités, toutes fanatiques de musiques. Sous formes de portraits, les disquaires nous exposent leurs points de vue sur internet et leur avenir au sein de leur boutique. Les avis divergent mais tous vivent de leur passion : le vinyle. C’est leur came. Le message qu’ils portent est très simple : “Si tu achètes un vinyle tu vis une expérience particulière ;  une relation se créait entre toi, le disque, l’artiste et le son qui s’en échappe”. On ne te dit pas de bannir Deezer mais ce discours laisse quand même réfléchir, nous qui prônons nos très chers disquaires à Marseille (tellement qu’on te propose un article sur l’un d’entre eux)

Wax Tailor va bien au delà de sa propre musique et s’immisce au cœur de cet univers qui fait vibrer et vivre bon nombre de mélomanes sur cette folle planète. Si son taff t’intéresses tu peux visualiser son doc en bas de l’article, pour le reste on t’invite à nous rejoindre dès ce soir à son concert. 

In Wax We Trust 

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>