WEEK-END DU 26-27-28-29 JUIN

Lumière éteinte et ténèbres étreintes, les statistiques ne sont plus une science exacte, la nuit : l’entracte qui te plonge dans l’œil du cyclone à la cataracte. Comme à la télé c’est l’heure de la neige sur ta réalité, pas de photosynthèse dans l’pochon les plantes t’y mettent à l’aise et les bouteilles aiguisent les pochtrons. Le ciel a fermé ses paupières sur le Soleil, les yeux fermés avance linéaire et sans canne blanche, à l’aveugle vers les obstacles sur lesquels il prend sa revanche. Crépitant, en trêve avec ses craintes, le regard haut sur les périls qu’il raille, c’est ton nouveau ter-ter, une jungle où l’on ne distingue plus les proies des prédateurs.

JEUDI

Le SUM festival pose ses plus gros atouts dès le premier tour de table. Dans le superbe cadre du théâtre Sylvain, il y aura tout à fait de quoi se décrocher la mâchoire avec Darkside, le fameux duo composé de Nicolas Jaar et Dave Harrington qui te donnent rendez-vous avec une beauté dont la violence tranche totalement avec le style épurée et l’ambiance lunaire de leur musique. On n’ira pas jusqu’à dire qu’en comparaison le reste fout le seum parce que c’est pas 100% vrai, que le jeu de mot est vraiment naze et qu’ils le prendraient mal, mais quand même. À leurs côtés ce soir Abstraxion en live, forcément (19h/23h, sold out).

Ultra modeste en comparaison, le collectif BAM propose un nouvel apéro aléatoire. Plus d’infos sur le collectif dans l’interview qu’ils nous avaient accordé à leur lancement, juste ici. Ils investissent le bar sans aucune prétention, mitoyen des Variétés, le Vilain Petit Canard – comme un retour au source puisque c’est là qu’ils s’étaient lancés il y a 2 ans. Comme à chaque fois, le line up est surprise, à découvrir sur place mais toujours local, qualitatif, éclectique et exigeant et peut aller de la progressive au jazz manouche en passant par le reggae ou le rock (19h/2h, prix libre). À la Jetée, le bar de leur ciné-voisin, Pola Facettes animera d’un set éclectique les animations de la (dé)fête foraine en place : jeux de fléchettes, billard, tir aux fusils et lots à gagner (21h/00h30, free).

L’Asile se fait nippon pour la soirée avec la performance de Setsuhi Shiraishi & Naoto Yamaghishi entre musique live expérimentale bruitiste et calligraphie. « Chacun de ces deux éléments semblent naître et évoluer simultanément, sur un pied d’égalité. Par la quête de cette simultanéité parfaite, nous cherchons à donner à chaque son un symbole ou un tracé correspondant, à chaque bruit son parallèle visible à l’œil nu » (21h30, prix libre).

Du bon et du bon à jeter à l’affiche de la 12ème Hip Hop Session de New Castle au Lounge, qui continue de faire tourner le hip hop du cru phocéen avec L’Antidote, Osire MC, Isma, Adil, Napo & Allen Akino, première partie assurée par Ghetto Attitude, le tout propulsé par Dj Ebino et fin de soirée open mic (21h, 5€).

Massilia Hi-Fi offre la soirée en famille dans sa résidence secondaire qu’est le Molotov, au programme pas mal de smooth vibes émises par Lion King Dub, Niko, T.I.T, Tribal Roots, Crab Talking, High Flow, Fisha, Moshi et d’autres encore ! (21h, prix libre).

Musique béninoise au Café Julien pour la soirée d’ouverture du festival Africa Fête qui invite depuis 9 éditions à la découverte des musiques africaines et célèbre le « panafricanisme culturel, l’interculturalité par la rencontre et l’enrichissement humain par l’échange ». C’est le trio Teriba, premier groupe féminin du Benin qui ouvre cette dixième édition « dans un registre musical typique caractérisé par une fusion de mélodies traditionnelles tchink, massé, de sonorités africaines et occidentales » (19h, gratuit sur invitation – complet).

On n’a pas le souvenir que ça soit le studio le plus accueillant de Marseille mais Rétine propose le vernissage de Cul de Sac à Ciel Ouvert #2. Possible d’y retrouver les photos de Youri Cayron mais également des sculptures et une projection en plein air à partir de 22h. Bar et petite restauration sur place (18h30, free). Plus haut dans la rue, ambiance beaucoup plus chaude à la Salle Gueule qui propose une soirée Oi ! sobrement intitulée « Il n’y a pas qu’au cirque que l’on porte des bretelles » (21h, free).

Pour négocier la vue mer il faudra lever un peu la tête au SportBeach en compagnie d’un très bon hôte, puisqu’il s’agit de Sebastien Bromberger et si tu n’as pas ta dose d’eau salée tu pourras en prendre une double d’eau chlorée (20h/2h, free). Sinon mer beaucoup plus accessible depuis La Brise à la Pointe Rouge avec Mokic et Phred (19h/00h, free), ou « fiestas » éclectique au Petit Pavillon, prévoir quand même des moments compliqués lounge et latino (14h/22h, 3€ + 2€ d’adh).

Dernier jeudi de la saison pour le Baby qui en finit avec une soirée Southern Meeting plutôt tech house avec Monkeycoops, Synkrone, Yumane et Pierrick (00h/6h, free).

VENDREDI

Nouvelle édition des 48h chrono à la Friche, dédiée cette fois-ci à la danse. De nombreuses installations, expos, ballades pendant une bonne partie de la journée et toute la nuit. Le programme complet est accessible ici. Sinon ce qu’il faut retenir c’est que le toit-terrasse est ouvert toute la nuit entre dancefloor au casque et sieste nocturne pour une nuit dédiée à la trance, en partenariat avec Radio Grenouille. Le toit-terrasse sera par ailleurs occupé par la carte blanche des danseurs du Ballet National de Marseille entre 22h et minuit. (ANNULÉ)

Comme d’habitude, éclairage de type violent à la Straat Galerie qui accueille l’équipe de Zines on the Zone, bibliothèque itinérante consacrée aux publications indépendantes qui vise à « établir une archive pour ces publications, les rendre visibles, les faire durer dans le temps et en permettre la libre consultation ». Événement doublement original à la galerie puisqu’elle accueillera pour la première fois un dj set, c’est Makimaki qui s’y colle et on s’attendra donc plutôt à du rock (19h, free).

L’intrigante créature LpLpo est en concert aux Demoiselles du Cinq, elle « se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sur scène, pas de pré-enregistrements, les aliments sont fabriqués, avalés, délayés, dézingués, bouclés en temps réel et régurgités sous la forme d’un magma lo-fi tantôt atmosphérique, tantôt groovonirique, souvent hypnotique où se croisent rythmiques tribales et envolées psychédéliques » (20h, concert vers 21h30, free). Écoute ça !

La Jetée change sa fiche d’état civile et devient jamaïcaine pour la soirée, avec le Jim Murple Memorial et La Bijouterie Jamaïcaine (22h/2h, 10€).

Entre le Dernier Cri à la Friche (avant 18h) et l’Embobineuse, Vendetatatatata !!! fait son retour ce week-end pour un voyage dans les musiques à la marge, difficilement identifiables. Ce soir, repas dans le jardin de l’Embob à 19h30 suivi des concert de Black Metal For My Funeral qui propose une jungle dépressive, Le Singe Blanc et leur zouk-core punk guttural et l’avant-trash experimental hardcore de Warsawwasraw (19h30, 7€, pass 3 jour : 20€).

L’Asile 404 invite Bégué Fall pour un concert entre musique afro, reggae, jazz, hip hop et blues (20h30, free) et l’Espace Julien SE poursuit l’Africa Fête avec le groupe congolais Les Tambours de Brazza et le groupe Debademba, d’influence afro-funk, moitié malien moitié burkinabé (20h30, 11,80€).

Quelques morceaux d’Afrique également au Planet Xpress avec le flow de la superbe Tina Mweni pour la soirée Fais Moi Découvrir Soulful Hip Hop qui verra également se produire Amalya & Abdou X, Jack LEgend le tout mixé par Dj Elbino et présenté par Blacky Blaak (22h/5h, 5€).

Le music store Lollipop introduit le concert qui se déroulera samedi au Lounge avec un showcase de Deja-Mu qui s’installera entre les bacs à vinyles pour présenter sa « personnalité musicale polymorphe et [sa] fantaisie parfaitement organisée » entre math-rockabilly et blues-psyché (19h, free).

Les apéros triple « 8 » se poursuivent tous les vendredis au Petit Pavillon avec cette semaine le dj set rythm’n blues de X-Ray et son invité (18h30/00h, free).

Poursuite du SUM au Dock des Suds, soirée Circoloco pour nuit aux sonorités tech house espagnole avec l’énorme Carl Cox, Tania Vulcano, Cassy, Apolonia, Davide Squillace, Nastia, Marco Bailey, D’Julz, Molly, Youcef Elaid, David Reyner et Who. Des détails sur le festival et des places à gagner par ici (21h/7h, 25/35€).

La résidence qui change de registre au Baby, investit par Dj Oil, The Ed et leur Haute Fidélité un brin plus savante (00h/6h, 10€).

Trendy Delicious Party, sur le toit des terrasses du port, on n’arrivera jamais à se faire au nom mais Andromakers (live), Dj Alice et Indiscipline devrait remonter le niveau (18h30/1h, 15€ en pv). Enfin, aux antipodes de la rooftop party, Vortex Nightmare investit l’Up’N Down pour une teuf indoor qui commence « tranquillement » avec de la dark prog pour finir sur le hardcore (21h/6h, 4€).

SAMEDI

Le chrono court toujours à la Friche Belle de Mai, avec cette nuit Dj Cam au Cabaret Aléatoire entre 2h et 5h pour un dj set entre abstract hip hop, jazz et gangsta rap, suivi d’un voyage psychédélique entre 4h et 9h30 sur le Toit-Terrasse, une sorte de proposition d’émission de radio sans émission intitulée « Les auditeurs n’existent pas ». Avant ça, dans la matinée, possible d’aller sur le toit sur les coups de 10h pour des sessions yoga mix ou Tai-Chi. Vers 19h, le skate park sera occupé par Djel, Daz, Pak Dj’een, Nash Beatbox et Labo Klandestino pour des improvisations urbaines tous styles, du chant à la danse en passant par le slam. Le reste de la friche reste ouverte avec de très nombreuses propositions à défricher dans l’agenda (ouvert toute la journée & toute la nuit, free). (ANNULÉ)

En journée, un bout de rue de la République est fermée pour accueillir le Pique Nique géant animé par Paul Virgo, Mars Blackmon et Mokic. Immenses tables, animations, dj sets et food trucks au programme (12h/18h, free). Pour poursuivre dans la lancée, juste après, le cours Estienne d’Orves est transformé par l’équipe de la Guinguette en immense kermesse avec Dawad en live, Mimid et Jack Ollins pour un set rock (19h/1h, free).

Deuxième jour de Vendetatatatata à l’Embobineuse avec la friture improvisée du groupe Frite, la minimale post wave patapouf de Badaboum, la drone expérimentale entêtante de Kaumwald et la musique électronique zoulou de Plein Soleil (19h30, 7€).


Ecellent concert rock psyché à l’Asile qui propose le groupe Widdershins qui viendra défendre son second album Amor (20h30, free). Écoute ça !

Il était hier à Lollipop, Deja-Mu sera ce soir au Lounge avec Malin et Hey Ginger ! pour une soirée math pop, indie rock terminée d’un dj set rétro futuriste de Deja-Mu (21h, 3€).

À la Jetée, Fanny du club de jazz U-Percut sera en dj set house aux côtés de Loïc (21h/2h, free).

Grosse soirée keupon au squat La Marmite avec le groupe Le Carogne, Gasoil Amoeba, Local 41, The Sheep Shaggers et Cavalcade (21h). Tout ça pour introduire qu’à l’autre extrême de la fête, le closing de Circoloco du SUM est finalement annulé et il faut bien dire que la date était passée plutôt inaperçue.

On te fait gagner des places pour la soirée à rallonge de l’Up’N Down pour laquelle il faudra sérieusement serrer des dents pour la traverser du début à la fin puisqu’elle comment à 23h30 pour ne terminer qu’à midi. Et en « première partie » de soirée, ils proposent leur premier « gros » booking en invitant Romulus en live. À retrouver aux platines également, Clakxx, Soleeman, The Parazite (live) et El Mimi, l’after ira de la techno à la transe. Détails et places à gagner par ici (23h/12h, 10€, pv disponible, voir article).

Le Baby prend la mer mais pas l’eau à bord de l’Hélios pour une croisière introductrice de sa soirée « Frappe » dont le nom est assez imagé pour éviter un long discours, ce sont David Prap, Thibaut Garenq et Colabeau que l’on pourra retrouver sur le navire et suivre au Baby (19h30/23h30 sur le bateau, 20€ + after offert au Baby, sinon : 00h/6h, 10€).

Belle brochette au Spartacus à l’occasion de la soirée Daluxe qui invite Oliver Hunteman et Stephan Bodzin, accompagnés des résidents Medeew & Chicks Luv Us (00h6h, 15/20€).

Signé sur le label parisien Pschent, Yan Wagner propose une musique électronique à la limite de la new wave et de la pop, il sera en live avec pas mal de machines au Dancing de la Dame Noir aux côtés de Relatif Yann (00h/6h, 10€, invits à retirer à LdN bar).

DIMANCHE

Voir par ici et checkez les Jardins Suspendus (REPORTÉ), la Friche (ANNULÉ), la Plaine, l’Embob et l’Asile en particulier. La journée Boréal au Dock est annulée.

Plus d’infos:


Asile 404 – 135, rue d’aubagne (6ème) // Le Baby – 2, rue Poggioli  (6ème) // La Brise – plage de la Pointe Rouge (8ème) // Café / Espace Julien – 39, Cours Julien (6ème) // Chaudron – 8, rue Duverger (2ème) // La Dame Noir – 30, place Notre Dame du Mont (6ème) // Demoiselles du Cinq – 5, rue de l’Arc  (1er) // Dock des Suds – 12, rue Urban V  (2ème) // Embobineuse – 11, boulevard Boués (3ème) // Floating Sound (boat party par le Baby) – embarquement en face de la Samaritaine (2ème) // Friche Belle de Mai 41, rue Jobin (3ème) // Jardins Suspendus (rooftop) – 9, quai Lazaret (2ème) // La Jetée (bar du cinéma Les Variétés) – 37, rue Vincent Scotto (1er) //  Lollipop Store – 2, boulevard Théodore Thurner (6ème) // Le Lounge – 42, rue des Trois Rois (6ème) // Le Molotov – 3, place Paul Cézanne (6ème) // Le One Again – 91, promenade Georges Pompidou (8ème) // Petit Pavillon – 54, corniche Kennedy (7ème) // Planet Xpress – 9, rue de l’Arc (1er) // Rétine le Studio – 85, Rue d’Italie (6ème) // Salle Gueule – 8, Rue d’Italie (6ème) // Spartacus Club – Z.I La Malle, route d’emmaus // Sportbeach– 138, Avenue Pierre Mendes France Escale Borely – (8ème) // Straat Galerie – 15, rue des Bergers (6ème) // Terrasses du Port (rooftop) 9, quai Lazaret (2ème) // Théâtre Sylvain – chemin du Pont de la Fausse-Monnaie (7ème) // Trolleybus x Dame Noir Dancing – 24, Quai Rive Neuve  (1er) // U-Percut – 127, rue Sainte (1er) // Up’N Down – 83, avenue de la Pointe Rouge (8ème) // Vilain Petit Canard –37, rue Vincent Scotto (1er)

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>